Sunday, 21 October 2018

A AFRIQUE

Thursday, 27 September 2018 12:49

Bénin : les taux de réussite en baisse aux différents examens scolaires

Un élève béninois Un élève béninois Photo crédit : Banouto.info

Les résultats des examens scolaires notamment  le CEP, le BEPC et le Bac sont en baisse au Bénin. Dans un reportage réalisé le site Banouto.info, certains élèves béninois imputent la responsabilité aux enseignants. Découvrez donc l'article de nos confrères de Banouto , qui est  le quatrième d'une série de 11 productions  s'inscrivant dans le cadre d'un dossier thématique panafricain, porté par 11 médias panafricains, bénéficiaires du projet NAILA de CFI:

 

Au Bénin où les résultats scolaires sont de plus en plus mauvais, les enseignants chargés de transmettre le savoir aux apprenants ne sont pas exempts de tout reproche. Élevés, responsable syndical et même des enseignants leur reconnaissent des insuffisances et des tares. Reportage sur un sujet tabou de l’éducation.

64% au CEP, 28% au BEPC et 33,43 % au BAC. Ces résultats aux examens de fin d’année scolaire 2017-2018 traduisent une fois encore un mal-être de l’école béninoise qui perdure depuis plus d’une décennie. Pour le professeur Mahougnon Cakpo, l’un des trois ministres de l’éducation, c’est affligeant. « C’est un sentiment d’insatisfaction (qui m’anime) par rapport à la qualité de tous les examens de cette année. Nous avons une tendance baissière depuis le CEP jusqu’au Baccalauréat en passant par le BEPC ».

A peine remis de la douleur des derniers échecs, élèves et parents ont déjà réunis le nécessaire pour la nouvelle rentrée des classes qui a ouvert ses portes le 17 septembre 2018.  C’est reparti pour 9 nouveaux mois qui pourraient aboutir aux mêmes résultats si rien n’est fait. Il y a lieu de crever l’abcès de la mauvaise performance. Si les élèves sont jugés mauvais par leurs résultats, qu’en est-il de la responsabilité des enseignants qui leur donnent le savoir avant l’évaluation finale ?

« Quand il y a des mauvais résultats scolaires, souvent c’est la faute à nous, les élèves. Mais, il y a des enseignants qui ne font pas assez bien leur travail », répond sans ambages, Marcelin, élève en 1ère B au CEG Gbégamey à Cotonou.

« Il y a aussi la responsabilité des professeurs », affirme également Jean-Carel, élève redoublant de la classe de Terminale D au collège privé Clé de la Réussite qui ne se dédouane pas, ni ses camarades.

Les enseignants, eux-mêmes, reconnaissent leur contribution aux mauvais résultats scolaires. « Les cinq doigts ne sont pas égaux. Il y a des enseignants qui ont leurs lacunes », a confié l’un d’entre eux, actif dans des collèges privés et publics d’Abomey-Calavi dont on garde l’identité.

Les enseignants à la barre

Pas souvent abordé, le mal est bien profond. Les lacunes au niveau des enseignants sont de divers ordres selon différents témoignages recueillis.

Les déficients en pédagogie. En premier, les élèves pointent les difficultés de certains enseignants à se faire comprendre, à expliquer les notions qu’ils enseignent. « Tout à l’heure, il y a un ami qui disait que c’est à cause d’un prof qu’il a redoublé. Comme lui, d’autres amis avec qui on discutait en groupe disaient de prier pour ne pas tomber sur ce prof qui enseigne la SVT. C’est un prof qui n’explique pas bien le cours » apprend, Constant, élève en classe de 1ère D dans un autre collège de Cotonou où on l’a rencontré avec quelques camarades, attendant les professeurs qui leurs seront affectés cette année.

Admise en classe de 3ème où elle va passer le BEPC cette année, Océane D. se plaint d’avoir eu en 4ème un professeur de Mathématique qui n’était pas à la hauteur de la tâche. « Notre professeur de Math avait vraiment des problèmes. Il ne comprend pas lui-même les choses. Pour la correction des devoirs, il ne se prépare pas et avait presque tout le temps besoin de consulter son cahier quand on lui pose des questions » fait-elle savoir. L’apprenante est appuyée par sa copine Théodora avant que celle-ci ne fasse appel à Tiburce, un de leurs camarades, aperçu de loin pour venir témoigner aussi. «C’était vraiment difficile pour nous », atteste-t-il. 

Ce défaut d’aptitude pédagogique à expliquer un cours comme il se doit est dû à l’impréparation selon Maurile T. enseignant de Physique-Chimie-Technologie (PCT). «Il y a des notions que l’enseignant bâcle ou bien il ne prépare pas bien son cours et ne peut pas bien expliquer », apprécie l’enseignant qui ajoute : «Quand un professeur ne prépare pas bien ses cours, il ne peut pas bien dispenser. Et un cours non préparé, c’est plus ou moins tuer le niveau des apprenants».

Les absentéistes. En second lieu, il y a les enseignants qui sèchent les cours pour diverses raisons. « J’ai eu des problèmes en Mathématique et en SVT », allègue Jean-Carel, l’élève redoublant de la Terminale D qui dévoile que « le prof de Math ne venait pas au cours régulièrement et vers la fin, il a multiplié les séances de rattrapage sans grande explication ». Lire la suite.

Last modified on Thursday, 27 September 2018 17:05

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Togotopnews, le top de l'actualité Togolaise

Tel:

00228 91 90 30 65
00228 97 15 64 47

Facebook