Tuesday, 25 June 2019

A AFRIQUE

Thursday, 24 January 2019 09:07

La prostitution des mineures en vogue à Agadez

La prostitution des mineures en vogue à Agadez Photo crédit : Tamtaminfo

De plus en plus, la dépravation des mœurs gagne de terrain à Agadez. Des filles à peines sorties des langes de l’enfance s’adonnent à la prostitution. Rien ne les arrête. Ni la peur des maladies. Ni l’offense à la morale. Comment expliquer cette situation ?  Que faire pour y remédier ? Reportage

Samedi soir à Agadez. Par petits groupes, des jeunes de tous âges convergent vers le centre-ville. Tous répondent à l’invitation du tonitruant orchestre « Mazan Daga de l’Aïr ». Devant la salle du spectacle, des groupes de jeunes se bousculent. De l’autre côté, une grande terrasse les attend. A l’intérieur, des scènes obscènes s’y passent. Des voix cassées reprennent en chœur des refrains de l’orchestre. Le chanteur, dès qu’il cite un nom, il est soudain arrosé de billets de banque. L’intéressé lui manifeste ainsi sa générosité. Des fois, des cris de joie dominent les rythmes endiablés que crachent les baffles. Un peu plus loin, des volutes de fumée se mêlent à l’odeur de l’alcool ambiant. Sur la piste des couples s’enlacent. Des mains se cherchent. Se trouvent. Des corps frêles se trémoussent en narguant des compagnons bourrés de bière pour certainement masquer l’odeur insidieuse de la marijuana.

Malgré le froid cinglant, des fillettes à peine vêtues courent dans tous les sens, laissant échapper malencontreusement leur bouteille de bière presque vide. Une technique peut-être pour se faire payer une autre.

Ces fillettes n’ont aucune pudeur. Elles croquent leur âge à belles dents. Heureuses de vivre sous le voile de la nuit, telle des chauves-souris. La majorité d’entre elles ont entre 13 à 15 ans. Pire, analphabètes pour la plupart ou très tôt chassées de l’école. « Certaines ont déjà contracté une grossesse non désirée et abandonné l’enfant à l’amour des grands-parents », explique Issaka, un jeune taxi-moto qui dépense sa recette de la journée tout en se « rinçant » les yeux. « Elles ne viennent pas pour le spectacle seulement mais gagner un compagnon capable de leur donner un peu d’argent après une passe », détaille Issaka.

Ville du nord Niger, Agadez est un important carrefour qui relie le sud du Sahara aux pays arabes au nord comme la Libye et l’Algérie. Ces dernières années, le phénomène de la prostitution ne fait que prendre de l’ampleur. « C’est vrai que la prostitution a toujours existé à Agadez mais ce qui se passe actuellement nous laisse sans voix : des filles de moins de 15 ans qui se donnent au plus offrant, c’est carrément le signe de la fin des temps », confie Oubba Ahmed, un enseignant à la retraite.

De plus en plus des gamines qui se prostituent

Des lampadaires solaires diffusent leur pâle lumière devant le night-club. A la pénombre, un couple se tient à l’écart. Entre eux, une difficile communication. Les deux tourtereaux se parlent chacun dans une langue que l’autre n’arrive point à comprendre. Normal. L’homme est un étranger venu à Agadez pour juste le temps de vendre sa voiture et retourner chez lui en Libye. La fille, une jeune adolescente d’Agadez, teint clair et cheveux laissés au gré du vent, fait de son mieux pour comprendre les propos de l’homme. En vain. Elle essaie de le faire encore craquer en se collant un peu à lui. Difficile conciliabule. Que faire ? Soudain l’homme intime à la fille de ne pas bouger. Moins de cinq minutes après, il revient en courant vers elle, tirant par la main un jeune homme. Il lui parle en arabe. Presque en criant. L’interprète traduit instantanément à la fille. Cette dernière pousse un ouf de soulagement. Elle comprend enfin et répond tout de go. L’instant d’après, les deux hommes et la fille s’engouffrent dans un véhicule flambant neuf. Sans aucune plaque d’immatriculation. Destination inconnue. Tout ce qu’elle sait : elle a gagné un client. Peut-être pour plusieurs jours. Lire la suite en cliquant ici.

Last modified on Thursday, 24 January 2019 09:20

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Togotopnews, le top de l'actualité Togolaise

Tel:

00228 91 90 30 65
00228 97 15 64 47

Facebook