Monday, 23 April 2018

D DEVELOPPEMENT

Tuesday, 11 July 2017 09:13

Réalisation du PNPER : le taux de décaissement à mi-parcours faible

Le ministère de l’agriculture, de l’élevage et de l’hydraulique a procédé ce lundi 10 juillet à l’évaluation mi-parcours du Projet National de Promotion de l’Entrepreneuriat (PNPER), à Lomé, en présence de la directrice programme pays FIDA, Esther Kasalu-Coffin. Ce projet qui a une durée de vie de 6 ans a pour objectif de contribuer au développement de l’esprit d’entreprise rural, en créant des emplois rémunérateurs et durables pour les femmes et jeunes  dans les milieux ruraux et réduire ainsi la pauvreté dans ces milieux.

Selon le ministre de l’agriculture, de l’élevage et de l’hydraulique, Col. Ouro-Koura Agadazi, le taux de décaissement à mi-parcours  du PNPER reste très faible et est de 10%, loin des objectifs à mi-parcours du projet. « Cette faiblesse se situe à trois niveau, institutionnel, technique et financier », a-t-il indiqué.

Concernant le niveau institutionnel, le ministre Agadazi révèle qu’il y a eu un déficit de communication en ce sens que  les relations fonctionnelles n’ont pas été  prises en compte. « Cette relation devait être établie entre les différents acteurs de façon à lancer le projet et l’animer avec le soucis d’atteindre les grandes cibles », a expliqué le ministre de l’agriculture, de l’élevage et de l’hydraulique.  A  ce problème, s’ajoute un problème de gestion, « l’équipe de gestion qui a été mise en place a connu des bouleversements.  D’abord le coordonnateur après un an d’exercice est parti, Il fallait reprendre le mécanisme pour mettre en place une nouvelle coordination. Cela a pris du temps avec tout le circuit de passation de marché. Et finalement on se retrouve au bout de trois ans d’exercice avec très peu d’activités et de décaissement faible », a expliqué le ministre.

 En effet, pour la réalisation du PNPER, le Fonds International de Développement Agricole (FIDA) apporte son enveloppe de 19,2 milliard, le gouvernement togolais mobilise des fonds de garantie à hauteur de cinq cent millions FCFA (500 000 000) et  les promoteurs de projet contribuent à l’ordre de 10%.

De son côté,  la directrice programme pays FIDA, Esther Kasalu-Coffin déclare qu’après trois (3) ans de mise en œuvre du PNPER, un certain nombre d’activités ont été mises en œuvre, mais elles sont limitées. « Les réalisations physiques du projet sont en deçà des niveaux attendus. Le taux global de décaissements est seulement de 10% », a constaté, la directrice programme pays FIDA. Néanmoins, reconnait-elle, bien que les réalisations soient limitées, l’objectif de développement du projet est encore aujourd’hui plus pertinent qu’au moment de la conception du projet. « Le potentiel de création d’emplois et de richesses par le biais de petites et moyennes entreprises rurales est élevé, en particulier pour les femmes et jeunes. Il en va de même de la demande de service d’appui conseil aux entreprises », a-t-elle indiqué.

En général, la mission a constaté que le faible niveau de réalisations était dû en grande partie à une faible performance institutionnelle et à des lacunes dans la gestion du projet.

Afin d’éviter la fermeture du PNPER et conformément aux procédures de la FIDA, l’Etat togolais s’engage  à remplir les conditions nécessaires au cours des trois prochains mois. Cet engagement concernera, la restructuration du projet et le renforcement de l’unité de gestion et de coordination du projet.

 

Atha Assan

Last modified on Tuesday, 11 July 2017 09:18

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Togotopnews, le top de l'actualité Togolaise

Tel:

00228 91 90 30 65
00228 97 15 64 47

Facebook