Wednesday, 13 November 2019

E EDUCATION

Monday, 21 October 2019 17:36

Education Sexuelle Complète : qu’enseigne réellement l’ATBEF aux extrascolaires ?

Séance de formation des extrascolaires en éducation sexuelle complète Séance de formation des extrascolaires en éducation sexuelle complète

Environ une soixantaine de jeunes (filles et garçons) extrascolaires ont suivi durant deux semaines une formation en Education sexuelle complète (ESC) avec l’Association Togolaise pour le Bien-être familiale (ATBEF). Voici les  témoignages de quelques participants interviewés à la fin de la formation le samedi 19 octobre par Togotopnews.

L’ATBEF à travers cette formation entend faire des jeunes filles des personnes ressources pour la lutte contre les grossesses précoces et non désirées ainsi que l’acquisition des compétences de vie courante.

Mlle Didiette Adanbounou-Messan, apprentie couturière

On a débattu sur plusieurs thèmes entre autres comment les parents peuvent éduquer leurs enfants sur les questions liées à la sexualité, comment être à l’aise avec les questions liées au sexe parce chez nous parler du sexe est considéré comme tabou ; on a appris ce que c’est que l’égalité et l’équité genre. Aussi, a-t-on parlé des conséquences de l’utilisation des drogues. Déjà le premier jour quand je suis revenue, ma patronne m’a demandé ce qu’on a appris et j’ai dit  éducation sur la sexualité et elle a répondu : je savais,  à l’ATBEF c’est du sexe seulement on parle et je lui ai non ! On n’a pas parlé seulement que du sexe. Les jours qui ont suivi on a parlé par exemple de l’égalité genre, des droits de l’Homme ; je les partagés avec ma patronne,  mes autres collègues et des amies. Maintenant elle a changé d’idée et a compris que c’est une bonne chose. Par exemple avec ses enfants, ma patronne n’arrivent pas à discuter sur des sujets liés au sexe, elle est très gênée ; même en atelier quand on suit ensemble des émissions à la télévision ou à la radio et qu’on parle du sexe elle est gênée. Avec  mes restitutions chaque matin puisque la formation se passe le soir, ma patronne a compris que c’est plutôt le meilleur moyen d’éviter les dégâts.  On nous a appris les droits qui protègent les mineurs et les apprentis, on les ignorait avant. Maintenant que j’ai appris que tout un chacun de nous à des droits qui le protège, je pense que je dois respecter les autres et me faire respecter aussi. On nous a parlé également de la dépression. Actuellement j’ai une amie en atelier qui n’assimile pas rapidement ce qu’on nous apprend, en début c’était difficile et on criait sur elle et on se fâchait. Lorsque que je serai patronne je ne serai pas trop dure avec mes apprentis, chacun avec sa manière d’assimiler les choses. Il va falloir que je sois patiente, voir la capacité de chacun des apprenants et m’adapter en fonction de, sinon celui ou celle qui n’apprend pas vite ne va pas se sentir aimé et vas se résigner.

LIRE AUSSI - Grossesses non désirées, avortements clandestins répétitifs : des risques énormes à éviter facilement

Tiffler, apprentis électricien à « Electricité Pour Tous »

L’Education sexuelle complète est très importante pour nous parce que toute la vie tourne autour de cela. Il y a beaucoup de choses qui nous sont cachées. Nous avons appris à se conscientiser nous-mêmes. Il y a plein de choses que nous ignorons et qui mettent en jeu notre santé. Cette formation a été très bénéfique et je suis très fier de pouvoir y participer. Je disais avant que je suis très jeunes et je dois profiter au maximum de mon temps et je vivais dans une parfaite ignorance. Je cours derrière deux à trois filles, je fais des rapports sexuels non protégés. Nous avons appris qu’à part le VIH, il y a des infections sexuellement transmissibles qu’on peut attraper lors des rapports sexuels non protégés. C’est à nous maintenant qui avons eu la chance de suivre cette formation de pourvoir la restituer à nos pairs et de pouvoir  leur donner l’envie d’adopter une des méthodes contraceptives pour avoir une vie saine. Cette formation ne doit pas s’arrêter ici, il y a certaines choses que font nos partons et des propriétaires des chantiers sur lesquels nous travaillons et qu’on croyait normales ; avec cette formation on a appris que c’est des violences faites à notre égard et que nous pourrions dénoncer. Nous avons appris les différentes sortes de violences. Pour qu’on soit un bon patron demain on doit éviter ces genres de choses. Cette formation doit renter également dans l’éducation de nos patrons afin qu’ils puissent changer de comportement et réduire les violences à notre égard et cela permettra aux ateliers de faire un bon rendement.

Gisèle, apprentie couturière en fin de formation

On nous appris comment se comporter bien en société et surtout en famille. Je viens juste de passer mon examen de fin apprentissage et je dois bien mener  ma vie pour pouvoir ouvrir mon propre atelier. L’abstinence de nos jours est très difficile. Cette formation a été une occasion pour moi de savoir, comment éviter réellement les grossesses non désirées, les différentes méthodes contraceptives qui existent et comment bien éduquer les enfants. Nous subissons des violences dans nos ateliers sans savoir que ce sont des violences, des coups de bâtons, insultes, dénigrements…. Avec cette formation, je pense traiter autrement mes apprentis lorsque je les aurai.

Dogbé Komlan Amen, jeune patron électronicien

Avec ce que j’ai appris, la façon dont j’appréciais les choses a évolué. Quand je voyais une fille, la pensée que j’avais sur elle ce n’est plus la même aujourd’hui parce que la formation que j’ai reçue à l’ATBEF me dit que fille et garçon sont égaux. A part cela, on nous appris comment adopter des comportements sexuels responsables et surtout nous avons pris connaissance de l’existence des différentes méthodes contraceptives ainsi que de leur bonne utilisation. Tout cela il faudra qu’on nous le parle pour qu’on ne regrette pas certains de nos actes à l’avenir. Aussi, vais-je éviter les violences basées sur le genre. Je suis dans des clubs de jeunes et également dans une chorale, je suis en train de penser à comment regrouper mes jeunes frères et sœurs et leur parler de ce que j’ai appris à l’ATBEF.

Par ailleurs, la séance de formation de l’ ATBEF est très appréciée par la Chambre des métiers de Lomé, un partenaire de cette activité. « Nous tenons à remercier les responsables de l’ATBEF qui ont tenu à initier cette formation et ont pensé à nous pour que nous puissions mettre à leur disposition des apprentis. L’éducation sexuelle complète est une thématique très sérieuse. Souvent c’est des sujets que les gens considèrent comme tabous et n’en parlent pas dans les familles, dans les ateliers. Si nous avons eu cette occasion pour envoyer nos apprentis pour suivre cette formation, c’est pour que ce sujet ne soit plus tabou comme les gens le pensent et que les participants puissent faire une restitution à leur camarades dans les ateliers et que ces derniers aussi puissent comprendre l’ampleur de ce thème et prendre aussi des dispositions allant dans le bon sens », a confié Joël LEMAZIE, secrétaire général de la Chambre des métiers de Lomé à la fin des deux semaines de formation des extrascolaires.

Atha ASSAN

Last modified on Tuesday, 22 October 2019 17:13

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Togotopnews, le top de l'actualité Togolaise

Tel:

00228 91 90 30 65
00228 97 15 64 47

Facebook