Thursday, 21 June 2018

I INTERVIEWS

Wednesday, 24 January 2018 13:01

Interview de ADOUGO Komlan sur les échauffourées à l’UL : « Il y a eu beaucoup de blessés graves»

L’assemblée générale organisée par le Mouvement pour l’Epanouissement de l’Etudiant Togolais (MEET) ce mardi 23 janvier à l’Université de Lomé (UL), a été émaillée de violences. On déplore l’usage de la force perpétrée sur les étudiants par la police universitaire ainsi que la police nationale et la gendarmerie. Dans une interview accordée à togotopnews.com,  ADOUGO Komlan, Président du MEET revient sur les faits, dresse le bilan des blessés et condamne la manœuvre. Tout en rappelant les différentes revendications portées par le MEET, il  lance un appel aux étudiants. Lire plutôt :

L’Assemblée générale du  MEET a tourné en affrontements ce 23 janvier  à l’Université de Lomé. Que s’est-il passé ? Dites-nous ce qui  a été à l’origine des heurts ?

L'Assemblée Générale que nous avons organisée pour analyser  les nouvelles dispositions et orientations adoptées par les autorités universitaires, était presque arrivée à terme lorsque la police universitaire commençait à afficher  un comportement de vainqueur envers les camarades étudiants. Parce qu’elle nous avait interdits l'accès au balcon de l’amphi 600, ce que les camarades n'ont pas aimé et soudain les policiers ont commencé par matraquer les étudiants.  Les courses poursuites s'en ont suivies avec l'arrivée de la police nationale et de la gendarmerie  qui ont renforcé cette barbarie de la police universitaire. Ils roulaient à vive allure sur les étudiants pour les dissuader.

Quel bilan dressez-vous,  en termes de blessés et dégâts?

Effectivement, il y a eu  beaucoup de blessés graves. Le Chargé à la l'information du MEET AKODOMON Otéro  suit actuellement des soins suite aux bastonnades.  Un  étudiant est touché à la tête par le jet de pierre  de la police Universitaire.  Une  fille et un garçon qui prenaient leur déjeuner au marché Gayibor sont aussi tombés  évanouis, suite aux bastonnades des policiers.

Une réaction par rapport aux agissements de la police universitaire et nationale ?

Ce qui est passé est un malentendu que nous n'arrivons  toujours pas à  comprendre et que nous déplorons fortement. Le MEET condamne l’usage de la force par la police universitaire sur les camarades étudiants et la met en garde  pour les prochaines consultations. La police universitaire  doit désormais revoir ses agissements. Nous condamnons également avec fermeté l’intervention de la gendarmerie et la police nationale qui sont venues en renfort hier, après le début de la barbarie de la police universitaire.

Selon le Président de l’Université de Lomé, Pr. Dzodji  Kokoroko, le MEET a changé de ligne « consensuelle» avec délogement des étudiants et perturbations des cours. Ce qu’il qualifie « d’irresponsable ». Qu’en dites-vous ?

Le président de l'Université de Lomé est un grand homme à respecter et pour cela, je n’ai pas envie de dire que sa déclaration est  inexacte.

Que réclame le MEET ?

Le MEET réclame l'augmentation des bourses et allocations des étudiants.  Nous demandons la reprogrammation des matières comme le  stipule le système LMD. Nous réclamons la réhabilitation des laboratoires dans les facultés des sciences et construction des laboratoires de langues dans les départements de langues.  Nous demandons qu'on diminue les frais d'inscription du  Master et du  doctorat. Nous demandons  également qu'on alloue une ligne budgétaire aux mouvements  et associations  pour leur fonctionnement.

Un appel à l’endroit des étudiants ?

Nous demandons aux étudiants de rester sur le qui-vive pour les mots d'ordre à venir au cas où les autorités ne prêtent pas oreilles à nos légitimes revendications.

Interview réalisée par Hélène DOUBIDJI

 

 

Last modified on Wednesday, 24 January 2018 13:02

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Togotopnews, le top de l'actualité Togolaise

Tel:

00228 91 90 30 65
00228 97 15 64 47

Facebook