Friday, 17 August 2018

P POLITIQUE

Tuesday, 27 February 2018 03:05

Brigitte ADJAMAGBO : « Ils veulent se servir du dialogue pour conforter le régime »

Les discussions du 27ème dialogue politique au Togo buttent sur deux (02) points, le retour à la constitution de 1992 et ses implications.  L’opposition est accusée d’être intransigeante mais pour la Coordinatrice de la Coalition des quatorze (14) partis politiques de l’opposition, il est hors de question de laisser les représentants du pouvoir profiter du dialogue pour renforcer le régime en place.

Selon Brigitte Adjamagbo-Johnson, Coordinatrice de la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition reçue ce 26 février 2018, sur une radio locale (Victoire Fm), les délégués du régime aux travaux du dialogue ont montré que ce n’est pas la résolution de la crise qui les préoccupe tant. « Ils veulent se servir du dialogue pour  conforter le régime. Pour les représentants du gouvernement, ce n’est pas possible que le retour de la constitution de 1992 empêche Faure Gnassingbé de se présenter en 2020 à l’élection présidentielle », a fait comprendre la Coordinatrice de la Coalition des quatorze (14) partis politiques de l’opposition. Pour cette dernière, c’est inadmissible que « le sort de tout un peuple soit suspendu à celui d’un individu ».

Sur ce que veut réellement le peuple, Brigitte Adjamagbo-Johnson explique : « le peuple est déterminé, il veut retrouver sa constitution de 1992. Le peuple veut que par application de ce retour là qu’on arrive à obtenir une alternance dans ce pays, un changement de régime. Ce qui doit forcément passer par un changement à la tête de ce pays et permettre de déconstruire progressivement tout le système ». 

Selon la coordinatrice de la Coalition des quatorze (14) partis politiques de l’opposition, c’est la question du retour à la constitution de 1992 et de ses implications qui constituent le cœur du conflit qui oppose les togolais au régime en place.

Par ailleurs, Brigitte Adjamagbo-Johnson a indiqué que pour ne pas répondre aux revendications du peuple (retour de la constitution de 1992 et ses implications ndlr), le pourvoir en place a choisi d’étouffer les manifestations dans certaines villes de l’intérieur du pays en occurrence Mango, Kara, Sokodé et Bafilo.

Débuté officiellement le 19 février dernier, les travaux du dialogue entre les deux (02) protagonistes de la crise togolais ont repris ce 23 février 2018 sous l’égide du président ghanéen, Nana Akufo-Addo et suspendu pour une date ultérieure.

 

Atha Assan

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Togotopnews, le top de l'actualité Togolaise

Tel:

00228 91 90 30 65
00228 97 15 64 47

Facebook