Tuesday, 22 May 2018

P POLITIQUE

Wednesday, 28 February 2018 06:26

Antoine Folly sur le dialogue inter-togolais: « La journée de vendredi n’a pas été un échec »

Les travaux des pourparlers entre acteurs de la crise politique au Togo sont suspendus le vendredi 23 février 2018 et pourraient reprendre dans deux (2) semaines. Face à l’inquiétude et aux confusions que cette suspension crée dans la tête des citoyens, le Délégué national de l’Union pour la Démocratie Sociale (UDS-Togo) a fait une sortie médiatique pour rassurer les citoyens.

Reçu ce 27 février 2018, sur une radio locale (Nana Fm), Antoine Folly, le Délégué National de l’UDS-Togo, parti membre de la grande Coalition de l’opposition, a  indiqué que les discussions vont se poursuivre. « La journée de vendredi n’a pas été un échec, les choses sont bloquées sur la question du retour à la constitution de 1992 qui est la principale revendication de la Coalition », a expliqué l’homme politique.

A propos du sujet qui a fait bloquer les travaux au cours de la journée de vendredi dernier, Antoine Folly a précisé que ce n’est pas le retour à la constitution de 1992 mais les implications que cela doit engendrer. « Sur le principe de la restauration de cette constitution, tout le monde est d’accord. La pomme de la discorde n’est pas le principe. Ce qui pose problème, ce sont les implications », a-t-il expliqué avant d’indiquer que « le rétablissement des dispositions dont la constitution initiale avait été expurgée, empêcherait la candidature de Faure Gnassingbé  à l’élection présidentielle de 2020 et c’est la position de la Coalition ».

Selon le Délégué National l’UDS-Togo, les représentants du parti au pouvoir au dialogue ne sont pas dans la même logique que la Coalition. « Le camp d’en face c'est-à-dire, le RPT/Unir dit qu’il n’accepterait pas une modification constitutionnelle ou un rétablissement de dispositions constitutionnelles qui excluraient Faure Gnassingbé de la prochaine élection présidentielle », a fait savoir Antoine Folly.

L’opposant, dans ses propos, a souligné qu’en effet chacun a donné ses arguments pour soutenir sa position. « On n’est pas aller dans le fond, on a pas cherché des points de rapprochement. Chacun a donné ses positions. On n’a pas encore abordé la question à savoir dans quel type de mesure cela sera possible ou le type de concession que chacun est en mesure de faire », a-t-il affirmé.

Par ailleurs, Antoine Folly a donné les réelles raisons de la suspension du dialogue. « Le président du Ghana, Nana Akufo-Addo, a aussi son agenda. La suspension n’est pas due, au fait qu’il y ait eu un blocage. Les positions exprimées par les deux camps ne pouvaient pas être facilement conciliables si vite », a fait comprendre Antoine Folly.

Toutefois souligne l’opposant, des consultations bilatérales sont prévues avec le président ghanéen et pourraient rapprocher les positions et si possible dégager des consensus avant la reprise du dialogue. 

 

Atha Assan

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Togotopnews, le top de l'actualité Togolaise

Tel:

00228 91 90 30 65
00228 97 15 64 47

Facebook