Thursday, 20 September 2018

P POLITIQUE

Saturday, 12 May 2018 08:09

Prof. Aimé Gogué : « ce n’est pas la peine d’organiser une quelconque élection si le cadre électoral et les responsabilités des gens ne sont pas bien définis »

Ils sont nombreux ces acteurs de la société civile et de la vie politique qui proposent l’organisation, au Togo, d’une élection sous la supervision de la communauté internationale ; et ceci pour mettre fin à la crise que traverse le pays. Cette position n’est pas partagée par le président de l’Alliance des Démocrates et de Développement Intégral, Prof. Aimé Gogué.

Reçu ce vendredi 11 mai 2018 dans l’émission « Audi Actu » sur la radio Victoire Fm, Prof. Aimé Gogué a fait savoir que « la communauté internationale n’observe pas tout le processus électoral ». « Elle n’observe qu’un petit échantillon, exemple 100 sur 7000 bureau de vote en les sillonnant. Elle   assiste au dépouillement que dans une dizaine et n’assiste pas au processus de transport, de communication et de compilation de résultats.  Si  le cadre électorale et les responsabilités des gens ne sont pas bien définis, ce n’est pas la peine d’organiser une quelconque élection », a expliqué le Président de l’ADDI au micro de nos confrères de Victoire Fm.

Selon le Professeur dont le parti fait partie de la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition, un parti politique ne peut accéder au pouvoir que par les élections. « Mais  nous savons ce que c’est les élections au Togo », a-t-il déclaré. Ce dernier  a également révélé que la Coalition a dit à la communauté internationale que sans la révision du cadre électoral, sans les réformes constitutionnelles et institutionnelles,  cela ne sert à rien de participer à une quelconque élection. « Nous sommes allés dire au Groupe des 5 (Délégation de l’UE, Ambassade de France, d’Allemagne, des Etats Unies et le système Nations Unies) que le cadre électoral doit changer, il faut un gouvernement de transition, les réformes institutionnelles et constitutionnelles avec les responsabilités de la CENI Bien établies », a confié Aimé Gogué avant d’ajouter qu’avec  cela « s’il a eu une élection avec le concours ou la supervision de la communauté internationale c’est bon ».

Par ailleurs, le professeur  estime qu’il faut nécessairement « un gouvernement de partage » au Togo car soutient-il, qu’il ne serait pas possible d’organiser des élections transparentes  lorsque des localités du pays sont interdites à l’opposition par des intimidations à l’endroit de ses  cadres et de ses militants.      

 

Atha Assan                                                   

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Togotopnews, le top de l'actualité Togolaise

Tel:

00228 91 90 30 65
00228 97 15 64 47

Facebook