Sunday, 18 November 2018

P POLITIQUE

Friday, 31 August 2018 12:28

3 propositions de Brigitte Adjamagbo pour une sortie de crise au Togo

Brigitte Adjamagbo Johnson, Secrétaire Générale de la Convention Démocratique des Peuples Africains (CDPA) Brigitte Adjamagbo Johnson, Secrétaire Générale de la Convention Démocratique des Peuples Africains (CDPA) Photo crédit : ThisisAfrica

La Secrétaire Générale de la Convention Démocratique des peuples Africains (CDPA), Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson, a décliné ce vendredi 31 août 2018, les différentes étapes à respecter pour la mise en œuvre de la feuille de route de la CEDEAO avant l’organisation des élections législatives au Togo. Voici les trois étapes proposées par la Coordinatrice de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition reçue ce matin sur une radio locale.

 

1-       La poursuite des mesures d’apaisement

Selon Brigitte Adjamagbo-Johnson, la mise en œuvre de la feuille de route de la CEDEAO doit passer d’abord par la libération des détenus politiques et le retour à la maison des réfugiés. « Il faut commencer par prendre des dispositions en prenant attache avec le HCR pour que les réfugiés au Ghana et au Bénin puissent revenir dans leur localités et que des mesures soient prises pour leur réinsertion. Il en n’est de même pour les déplacés », souligne-t-elle. Il faut faire en sorte, poursuit l’opposante, que désormais les gens ne soient plus inquiétés. « Tout cela fait partie des mesures d’apaisement. Le bon sens voudrait que si on est de bonne foi qu’on commence soi-même par prendre ces mesures-là », lance la Secrétaire Générale de la CDPA à l’endroit du gouvernement.

2-       La nécessité de trouver un consensus pour opérer les réformes

Il est normal, précise Brigitte Adjamagbo-Johnson, que dans l’ordre chronologique des tâches à accomplir pour la mise en œuvre de la feuille de route, qu’on commence d’abord par discuter et trouver un consensus pour faire les réformes constitutionnelles , institutionnelles et les réformes électorales. « Cela permettra de s’attaquer aux tâches de préparation des élections et tout cela dans une démarche consensuelle », conseille la Coordinatrice de la C14.

Outre, la Secrétaire Générale de la CDPA, prévient que la voie référendaire serait un gaspillage inutile des ressources du pays. « Nous devons réfléchir à ne pas gaspiller nos ressources dans l’organisation d’un référendum. J’espère que chacun fera preuve de responsabilité pour qu’après les discussions, on puisse faire les réformes à l’Assemblée nationale. C’est pour cela qu’elle est là », souligne-t-elle. Avant d’ajouter qu’au niveau de la coalition le souhait est  de « discuter pour trouver un consensus ».

3-       Après consensus, envoyé un projet de loi à l’Assemblée nationale

L’étape finale, selon Brigitte Adjamagbo-Johnson, ne sera qu’une simple formalité. « Permettre au gouvernement d’envoyer un texte déjà consensuel qui n’aura aucun mal à passer à l’Assemblée. C’est la démarche raisonnable à suivre », dit-elle.

Autre,

La Coalition n’ira pas aux élections dans les conditions actuelles

Selon la Coordinatrice de la Coalition des 14, Brigitte Adjamagbo-Johnson, les partis membres du grand regroupement de l’opposition n’iront pas aux élections sans les réformes. « Nous n’irons pas à des élections dont les conditions ne garantissent la transparence et le caractère démocratique. Allez à des élections avec un découpage où il y a des députés qui sont élus avec le double de plus de voix que d’autres députés, vous comprenez que nous ne sommes pas en démocratie. Ce n’est pas conforme au principe un homme, une voix. C’est des choses que nous devons corriger », déclare la Coordinatrice de la Coalition.

Atha Assan

Last modified on Friday, 31 August 2018 13:16

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Togotopnews, le top de l'actualité Togolaise

Tel:

00228 91 90 30 65
00228 97 15 64 47

Facebook