Tuesday, 13 November 2018

P POLITIQUE

Wednesday, 24 October 2018 16:09

Payadowa Boukpessi : « Je ne pense pas que ça sera au Togo, je ne crois pas »

Payadowa Boukpessi, ministre de l'administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales Payadowa Boukpessi, ministre de l'administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales Photo crédit : Republicoftogo

Le gouvernement togolais et sa majorité au parlement étaient face à la presse ce mercredi 24 octobre 2018, à Lomé. Une occasion pour éclairer la lanterne sur l’évolution de l’actualité politique au pays. Une rencontre présidée par les ministres, Payadowa Boukpessi de l’administration territoriale, Gilbert Bawara de la fonction publique ; et de l’honorable Christophe Tchao, président du groupe parlementaire UNIR (Union pour la République).

Sur la question de la reprise totale du recensement électoral effectué sans la participation de l’opposition notamment de la coalition des 14 partis politiques ; le ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales fait savoir qu’un recommencement à zéro est impossible. « La CENI a été installée normalement depuis le 20 octobre 2017 et a mené des actions jusqu’à un moment donné et a arrêté puis repris plus tard. Des  tâches ont été effectuées de façon légale. Je ne comprends pas comment peut-on imaginer un seul instant qu’une institution nationale qui a rempli des tâches légales, qu’on puisse se permettre de dire qu’on va recommencer à zéro. Chacun est libre de faire ses imaginations. En tous cas je ne pense pas que ça sera au Togo, je ne crois pas », a-t-il répondu.

Pour ce qui concerne les irrégularités relevées par ci et là au cours du processus électoral, Payadowa Boukpessi rassure : « Après l’enrôlement, il y a l’affichage des listes provisoires. Ceux qui ont vu des mineurs, des gens qui ne sont pas togolais ou autres qu’ils ont bien identifié, il suffit qu’ils aillent voir la CENI à propos et on va les biffer. Les irrégularités doivent être annoncées à la CENI et on agira. Ceux qui ont constaté l’enregistrement des mineurs doivent se préparer. C’est pour cela qu’on affiche des listes provisoires. Il y a une phase pour la correction ».

Le parti de Faure Gnassingbé va respecter les décisions de la CEDEAO

Selon le ministre Gilbert Bawara, le gouvernement togolais s’inscrit pleinement et scrupuleusement  dans le cadre des décisions de la CEDEAO. « Nous allons agir pour que toutes les décisions y compris l’organisation des élections législatives le 20 décembre puissent être réalisées », a-t-il précisé.

Au-delà des considérations politiques, poursuit le ministre, le pays a besoin de se remobiliser pleinement sur les questions liées au développement et du bien-être des populations. « Nous ne pouvons pas nous permettre d’être dans l’attentisme et d’entretenir un climat d’incertitude par rapport aux perspectives politiques, donc le 20 décembre sera respectée », a insisté le porte-parole du gouvernent.

A la question à quand exactement les réformes, Gilbert Bawara fait savoir que c’est le Président de la République et le premier ministre qui fixent les dates des conseils des ministres. « Nous n’avons pas qualité pour vous dire à quelle date le Conseil des ministres se réunira et quel sera l’ordre du jour », a-t-il répondu.

Mais, rassure ce dernier, toutes les décisions et recommandations de la CEDEAO y compris celles relatives aux réformes constitutionnelles et institutionnelles seront scrupuleusement et rigoureusement respectées. « Il  y a pas de doute à entretenir en ce qui concerne le gouvernement et sa majorité. Tout sera mise en œuvre pour adopter le projet de révision constitutionnelle, le soumettre à l’Assemblée nationale pour un débat démocratique et nous espérons que tous les partis politiques parlementaires vont agir et œuvrer dans le sens d’’une adoption de cette réforme à l’Assemblée nationale », explique le porte-parole du gouvernement.

Toutefois, Gilbert Bawara souligne que s’il devait y avoir une situation imprévue ou différente à cette initiative, le gouvernent et sa majorité aviseront. « Nous agirons toujours dans le sens des décisions de la CEDEAO et des possibilités permises par la constitution togolaise », a-t-il indiqué.

Le président du groupe parlementaire UNIR clarifie les choses

Selon Christophe Tchao, l’élection des membres au niveau de la CENI répond à des critères bien précis. « Aux dispositions de la loi, c’est-à-dire le code électoral et le règlement intérieur de l’Assemblée nationale », a-t-il fait savoir.

Dans le relevé de conclusion des travaux du comité de suivi de la CEDEAO, explique le député de la majorité, il n’a jamais été dit que les ‘’bénéfices’’ viendront exclusivement aux partis de la coalition des 14. « C’est pour l’ensemble des partis parlementaires. Dans le relevé de conclusion, il n’a jamais été dit que les bénéfices appartiendront exclusivement à la C14, d’où la nécessité de discuter avec les autres pour pouvoir arrêter une liste commune des 5 à soumettre à l’Assemblée nationale », clarifie le président du groupe parlementaire UNIR.

Atha Assan

Last modified on Wednesday, 24 October 2018 16:10

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Togotopnews, le top de l'actualité Togolaise

Tel:

00228 91 90 30 65
00228 97 15 64 47

Facebook