Monday, 19 August 2019

P POLITIQUE

Monday, 31 December 2018 13:45

12 personnalités les plus influentes en 2018 au Togo

Payadowa Boukpessi et Brigitte Adjamagbo-Jonson Payadowa Boukpessi et Brigitte Adjamagbo-Jonson

Plusieurs personnalités ont fait parler d’elles tout au long de cette année  qui s’achève. Togotopnews vous propose une liste de 12 personnalités qui ont impacté  la vie socio-politique au Togo au cours de l’année 2018.

 

1-      Payadowa Boukpessi

Le ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales, Payadowa Boukpessi, a montré sa fermeté durant cette année s’achève. L’homme est parvenu à réduire l’élan des gigantesques manifestations de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition et de la société civile notamment « Togo Debout ». Il a réussi en collaboration avec son collègue de la sécurité et de la protection civile à dévier des points de chute des manifestations de l’opposition.

2-      Gilbert Bawara

Le porte-parole du gouvernement au 27ème dialogue inter togolais, Gilbert Bawara est resté égale à lui-même malgré les nombreuses critiques à son encontre. Au moment où d’autres évoquaient la question du report de la date des élections législatives qui ont eu lieu le 20 décembre dernier, le ministre criait haut et fort quant à la tenue de ces élections. Une parole qui mettait à mal le camp adverse.  Au niveau de l’opposition, l’on a voulu faire arrêter le TGV du gouvernement mais hélas Bawara n’a pas eu tort d’avoir fait confiance à la capacité du gouvernement de conduire son train à destination.

3-      Brigitte Adjamagbo-Johnson

La Coordinatrice de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition, Brigitte Adjamagbo-Johnson reste inconstamment l’un des acteurs qui a fait beaucoup parlé de lui en 2018. Femme politique, elle a su coordonner les activités de 14 partis politiques, non des moindres. A chaque sortie peu réussie d’un membre de la coalition, elle intervient  pour recadrer les choses. Aux interventions des ministres et membres du parti au pouvoir, ses réactions ne se font pas attendre. Elle reste la seule femme qui jusqu’aujourd’hui est premier responsable de parti politique au Togo. L’opposante a démontré son leadership féminin et politique au courant de l’année.

4-      Père Marie-Chanel Affognon

Le prêtre de l’église catholique n’est pas resté en marge de l’actualité politique au Togo. Coordonnateur des Forces vives, un mouvement qui regroupe ensemble religieux (catholique, protestant, musulmans…) et organisations de la société civile, Marie-Chanel Affognon a tiré sur la sonnette d’alarme à diverses étapes de la vie politique. Les Forces vives, porté sur fonds les baptismaux après la sortie de la feuille de route de la CEDEAO, considéraient cette feuille de route  comme un kairos.

5-      Gilcrhist Olympio

L’homme a pris sa retraite politique mais les actions de son parti, Union des forces de changement (UFC), font évoquer son nom. L’UFC est en effet, devenu comme une opposition à l’opposition dans la mesure où il soutient l’action gouvernementale. Le parti de Gilcrhist Olympio est même parvenu à empêcher une résolution prise en présence des membres du Comité de suivi de la mise en œuvre de la feuille de route de la CEDEAO. Il a fallu un voyage chez le président Alpha Condé de la Guinée pour que l’UFC se retire de la CENI mais pas pour longtemps.

6-      Faure Gnassingbé

Il est toujours resté le vaillant fils du Général Gnassingbé Eyadéma. Président de la république, il parle peu  et agit selon son agenda propre à lui.  Entre lancement de nouveaux projets et inaugurations, les multiples manifestations de la coalition des 14 ne font visiblement rien à Faure Gnassingbé.

7-      Prof Davi Dosseh

Le porte-parole de « Togo Debout », un regroupement des organisations de la société civile,  prof  David  Dosseh n’a pas faibli malgré les menaces et intimidations à son endroit. Au moment où la mayonnaise ne prenait plus au niveau des politiques, Togo Debout a redonné la flamme à la lutte pour les réformes constitutionnelles et institutionnelles. Le mouvement envoyait également des documents à la facilitation dès qu’il en trouve l’occasion.

8-      Gerry Taama

Ses prises de positions mettaient à mal ses pairs de l’opposition. Mais l’homme qui a été victime d’un comportement incivique de certains togolais de la diaspora, a un objectif à atteindre.  Des conférences de presses régulières, une présence active sur les réseaux sociaux, des tournées de sensibilisation à l’intérieur du pays, l’opposant contrairement à la coalition des 14 voyait mal une option de boycott des élections législatives. On peut dire qu’il a obtenu le fruit de sa lutte ; les résultats provisoires donnés par la CENI attribuent à son parti 3 sièges au parlement.

9-      Nicodème Habia

Grève de la faim, c’est la formule trouvée par le Président du parti « Les démocrates », pour faire face au régime en place, en un moment de la lutte politique. Par cette méthode, Nicodème Habia demandait entre autres la libération des détenus politiques. Sauf qu’il n’était pas arrivé au terme de sa grève quand son état de santé s’est dégradé. Après un premier refus par les autorités togolaises, l’homme a été finalement évacué au Ghana. Il regagna le pays après plusieurs semaines de soins.

10-  Ouro-Djikpa Tchatikpi

Le Conseiller du président du PNP, Ouro-Djikpa Tchatikpi, poursuit visiblement bien ce que Tikpi Atchadam a démarré. Il réunit régulièrement  les militants de son  parti dont l’objectif n’a jamais été les élections mais plutôt le retour à la constitution de 1992, même si avec le dialogue inter togolais les positions ont évolué.

11-  Jean Pierre Fabre

Le Président de l’Alliance nationale pour le Changement (ANC), Jean-Pierre Fabre,  a su mobiliser des foules malgré le boycott des manifestations de la coalition à certains moments  par le parti de Tikpi Atchadam. Celui que l’on peut appeler désormais ex chef de file de l’opposition  n’a jamais manqué aux manifestations du regroupement politique. Il était aussi dans la plupart des cas présent aux conférences de presse de la coalition.

12-   Gal Yark Damehame

Ministre de la sécurité et de protection civile, Yark Damehame s’est efficacement investi dans l’encadrement des manifestations de la coalition même si certaines « dérives ont échappé au Général ». Des contrôles d’identités nuit comme jour dans certains endroits stratégiques de la capitale et des villes de l’intérieur du pays auraient permis de dissuader les objectifs des individus mal intentionnés.

Atha Assan

Last modified on Monday, 31 December 2018 13:46

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Togotopnews, le top de l'actualité Togolaise

Tel:

00228 91 90 30 65
00228 97 15 64 47

Facebook