Sunday, 21 July 2019

P POLITIQUE

Tuesday, 25 June 2019 08:20

Voici les tâches qui attendent les futurs élus locaux

Ouro-Bossi Tchacondoh, expert en décentralisation Ouro-Bossi Tchacondoh, expert en décentralisation

Ils sont au total 1527 conseillers municipaux qui seront élus au soir du 30 juin prochain. Nombreuses sont les tâches qui attendent les futurs élus locaux. Ouro-Bossi Tchacondoh, expert en décentralisation et 1er rapporteur de la CENI, parlent des rôles des conseillers municipaux.

Le conseil municipal, selon Ouro-Bossi Tchacondoh, c’est à peu près une Assemblée locale. « Leur premier rôle c’est de voter les lois, rendre les grandes décisions, voter le budget pour donner des outils de travail aux maires qui seront élus au sein du Conseil. Dans un premier temps, le conseil communal  va élire le maire, les adjoints et après ils (les conseillers municipaux) vont élaborer le plan de développement communal qui définit les axes de développement de chaque mairie », a-t-il indiqué. 

A cet effet, souligne l’expert en décentralisation, les maires doivent être en mesure de gérer les budgets et les projets de développement sous le contrôle du Conseil communal. « Ce sont en résumé les tâches qui attendent les futurs élus locaux », a souligné Ouro-Bossi Tchacondoh.

Quelle autonomie pour les élus locaux ?

Après les élections communales, les élus locaux vont travailler en toute liberté dans la définition de leur politique, dans l’élaboration de leur budget mais dans l’exécution de leurs tâches ils seront soumis au contrôle de tutelle opéré par Messieurs les Préfets de chaque localité. « Il s’agit de voir si les actes qu’ils posent sont conforment à la loi. C’est une autonomie mais qui est sous contrôle de tutelle », renseigne Ouro-Bossi Tchacondoh, expert en décentralisation.

LIRE -Décentralisation : ces limites que les élus locaux ne peuvent pas franchir

La décentralisation, souligne-t-il, n’est pas contre l’Etat. « Elle renforce l’Etat. Elle ne peut pas être un moyen de mise à rude épreuve de la République. Les citoyens de chaque commune doivent être responsables des actes de développement et en même temps bénéficiaire du développement de leur ressort territorial », a martelé l’expert en décentralisation.

Attention ! Ne plus confondre préfet et préfecture comme entité collectivité locale

Dans la loi portant décentralisation de 2007, la décentralisation était défini à 3 niveaux conformément aux dispositions de la constitution du 14 octobre 1992 notamment en son article 141. En conseil des ministres le 17 juin dernier, le gouvernement a apporté des modifications à cet article ramenant la décentralisation à deux niveaux : régions et communes. Ainsi la préfecture comme collectivité locale n’existe plus.

LIRE AUSSI- Municipales : Des bureaux de vote à la CENI en passant par les CELI, découvrez la collecte des résultats

« Il ne faut pas confondre le préfet et la préfecture comme entité collectivité locale. Le préfet existera comme organe politique. La préfecture en tant que démembrement administratif est là pour représenter les services déconcentrés de l’Etat. Il représente l’ensemble du gouvernement dans son ressort territorial. Le préfet n’a rien à avoir avec les collectivités locales en tant que entités décentralisées. Aujourd’hui,  préfecture en tant que entité administratif déconcentré est là mais c’est le volet préfecture décentralisée qui n’existe plus », a clarifié Ouro-Bossi Tchacondoh.

Par ailleurs, les dernières élections municipales organisées au Togo remontent en 1987. Déjà plus de trente ans que les togolais et togolaises attendent ces élections.

Atha Assan

Last modified on Tuesday, 25 June 2019 14:14

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Togotopnews, le top de l'actualité Togolaise

Tel:

00228 91 90 30 65
00228 97 15 64 47

Facebook