Monday, 25 September 2017

P POLITIQUE

Monday, 28 August 2017 18:03

Le NET demande au pouvoir de suspendre ses manifestations et de tendre plutôt en urgence la main à l’opposition

Un mois exactement après son congrès électif, le bureau national du NET était rassemblé ce dimanche 27 août 2017 à son siège pour principalement se pencher sur la crise politique qui s’est amplifiée depuis le 19 août 2017, après les manifestations spontanées dans plusieurs villes du Togo et dans de multiples pays à l’étranger, à l’appel du Parti Nationaliste Africain. A l’issue des échanges, trois décisions majeures ont été prises dont le contenu est le suivant :

Primo. Ainsi que le NET l’avait précisé lors de son communiqué de presse précédent, la vitalité de la mobilisation du 19 août 2017 témoigne du malaise social qui persiste dans la société togolaise, du fait des inégalités sociales inacceptables et d’une gouvernance politique prédatrice de toutes les rênes du pouvoir. Le NET tient encore une fois à féliciter le PNP et son leader qui ont su inspiré au combat politique de l’opposition, un souffle nouveau. L’agrégation d’autres formations politiques autour de cette nouvelle dynamique est aussi salutaire et le NET félicite la hauteur d’esprit qui caractérise ces initiatives. Aussi le bureau politique a décidé, dès ce dimanche 27 août 2017, de s’associer à toutes les activités organisées par les forces démocratiques ainsi constituées, ceci jusqu’à ce que l’ensemble des revendications, qui concernent autant la gouvernance politique, économique que sociale, aboutissent. Le NET appelle ainsi ses militants, sympathisants et les populations togolaises à répondre massivement, chaque fois que les partis politiques de l’opposition leur en feront la demande, à leur mot d’ordre.

Secundo : Un parti au pouvoir qui ne doute pas de sa légitimité n’a pas à organiser des manifestations de soutien à son action (l’époque honteuse des marches de soutien devrait être derrière nous). Il gouverne, et les citoyens mécontents le manifestent de divers façons, y compris par l’occupation de la rue. Le NET demande par conséquent au parti au pouvoir de suspendre ses manifestations programmées, et tendre plutôt  en urgence la main à l’opposition pour une sortie de crise. L’avenir de notre nation est à ce prix. L’atelier organisé par le HCRRUN auquel le NET a participé a pleinement démontré que les réformes constitutionnelles et mêmes institutionnelles, pouvaient être faites par le pouvoir exécutif, en se passant éventuellement de l’assemblée nationale. Le président de la République devrait pouvoir, dans les meilleurs délais et faute d’un consensus entre les acteurs politiques, montrer la voie en mettant rapidement en œuvres des réformes constitutionnelles et électorales, pour épargner à notre pays des violences à l’instar de celles du 19 août 2017

Tertio : Aujourd’hui, avec la révolution des médias sociaux, la prise de parole s’est libéralisée à l’échelle du citoyen, qui est souvent anonyme. Et les démons de la division, de la haine ethnique et politique sont en train de pavoiser sur ces réseaux. Le NET demande à tous les Togolais de cultiver la paix, la tolérance et la non-violence, et de ne pas se faire les relais de ces appels à la division et à la haine. Cette culture de la paix commence aussi par la libération des personnes arrêtées lors des manifestations du 19 août, et des garanties sur l’intégrité physique des leaders politiques du PNP, qui disent craindre pour leur sécurité. Toutes les manifestations publiques futures devraient s’attacher à être pacifiques, concertées avec les autorités en charge de la sécurité qui devront aussi faire d’avantage preuve de souplesse sur les problèmes liés aux itinéraires. Le Togo n’est pas le seul pays où des manifestations se font sur des artères importantes. Le NET insiste sur la nécessité de n’envoyer sur le terrain, pour la gestion de foule, que des forces de premières et secondes catégories. Rien ne peut justifier la présence, pour encadrer une manifestation, de militaires armés, sauf en cas d’Etat d’urgence ou de siège.

La paix, qui est devenue subitement un argument politique, ne peut prospérer que si elle est accompagnée de justice sociale. Œuvrons tous pour la paix, mais célébrons l’équité, la justice, et le renouvellement des institutions, y compris celle stratégique du pouvoir exécutif.

Le Président National

 

Gerry Taama

Last modified on Monday, 28 August 2017 19:36

Commentaire

Zone obligatoire (*).

Togotopnews, le top de l'actualité Togolaise

Tel:

00228 91 90 30 65
00228 97 15 64 47

Facebook