Thursday, 23 November 2017

P POLITIQUE

Friday, 13 October 2017 14:20

Le ministre Payadowa Boukpessi rentre dans la polémique sur le caractère impersonnel de la Constitution de 1992

Le ministre Payadowa Boukpessi Le ministre Payadowa Boukpessi

Après MM. Natchaba et de Jean Dégli,  le Ministre Payadowa Boukpessi rentre dans la polémique autour du caractère impersonnel de la Constitution de 1992.  Le  ministre de l’administration territorial, Payadowa Boukpessi  a affirmé en début de semaine  que la clause relative à l’âge requis  pour accéder à la fonction présidentielle  contenue dans la constitution de 1992 est bel et bien dirigée contre Me Joseph Koffigoh.

 

Le ministre  concède qu’il y avait effectivement une Constitution de la transition qui interdisait à Koffigoh de briguer la magistrature suprême,  au terme de la transition qu’il dirigeait à l’époque.  Cependant, le ministre soutient que la clause relative à l’âge de 45 ans révolu pour accéder à la fonction présidentielle  est introduite dans  la Constitution de 1992  pour parer l’éventualité d’une candidature de Me Koffigoh.

Selon Payadowa Boukpessi, les gens ont estimé qu’au moment des élections présidentielles, ce n’est plus la Constitution de transition qui va être appliquée  et  que « si on ne mettait rien dans la Constitution, Koffigoh allait être candidat ». 

Le  ministre qui relève également  que  Koffigoh n’avait pas 45 ans à l’époque,  soutient à cor et cri que la clause relative  au plafond d’âge visait à écarter le Premier ministre de la transition  togolaise.

La même position à un détail près a été défendue, courant Septembre, par l’ancien Président de l’Assemblée Nationale, Fambaré Ouattara Natchaba. « On a dit dans cette constitution qu’il fallait avoir 45 ans révolus pour être candidat. Or, on savait bien que Koffigoh ne l’avait pas. Il y a des choses invraisemblables dans cette constitution même si aujourd’hui, on met un opposant à la place du Président de la République, il ne pourra pas gouverner avec cette constitution », déclarait Fambaré Natchaba, il y a quelque jours dans une interview.

Le Rapporteur Général de la Conférence nationale de 1991, Ministre dans le gouvernement de transition, Jean Yaovi Degli a balayé  d’un revers de main ces affirmations de Natchaba. « Le Premier ministre Koffigoh a dirigé la transition sur la base d’une Constitution dont l’article 61 interdisait aux dirigeants de la transition de se présenter à l’élection présidentielle qui venait. C’est vous dire que les arguments évoqués par l’ancien président de l’Assemblée nationale ne sont pas fondés », rétorquait-Jean Yaovi Degli.

La polémique vient-elle d’être clôturée autour du caractère impersonnel de la Constitution de 1992  avec ces précisions du ministre  Payadowa Boukpessi ou vient-elle de commencer ? Les jours suivants nous le dirons.

 

Germain Doubidji

Last modified on Friday, 13 October 2017 14:24

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Togotopnews, le top de l'actualité Togolaise

Tel:

00228 91 90 30 65
00228 97 15 64 47

Facebook