Thursday, 23 November 2017

P POLITIQUE

Wednesday, 25 October 2017 16:20

Aimé Gogué : « Aucun leader de l’opposition n’a voulu, ne veut et ne voudra jamais qu’il y ait une lutte tribale au Togo »

Reçu  ce mercredi 25 octobre sur une radio locale, le Prof. Tchabouré Aimé Gogué, Président du parti ADDI, s’est indigné contre tous ceux qui tentent d’amener la question ethnique dans la crise sociopolitique qui secoue actuellement le Togo.

Le président de l’Alliance des Démocrates pour le Développement Intégral (ADDI) a pris le contre-pied  d’une récente intervention de Christophe TCHAO qui  indiquait que l’opposition, dans la crise actuelle, dirige une ethnie contre une autre.

Le Prof. Aimé Gogué s’est dit surpris des  propos du député de UNIR.  « Je suis choqué d’entendre le collègue TCHAO intervenir de la sorte et je suis surpris que les députés de UNIR aussi le laissent parler ainsi. Évoquer la question ethnique comme source de la crise sociopolitique actuelle au Togo, c’est excessivement grave », a souligné le président de l’ADDI.

Le député de l’opposition a fait savoir qu’« aucun leader de l’opposition n’a voulu, ne veut et ne voudra jamais qu’il ait une lutte tribale dans ce pays ». «  L’opposition aujourd’hui regorge des militants de toutes les ethnies du Togo. Il faut qu’on fasse attention à ces questions tribales, les gens en parlent comme des blagues mais ils n’en savent pas des conséquences qui peuvent en découler. Ils ne mesurent pas l’ampleur du problème », a précisé Aimé Gogué, qui ajoute que l’opposition lutte pour la libération de tous les togolais.

Par ailleurs, le Président de ADDI  est également revenu sur l’arrestation de l’imam  Mohamed DJOBO à Sokodé  et s’interroge. «  Nous nous interrogeons sur ce qui s’est passé dans la nuit du 16 octobre dernier après l’arrestation de l’Imam Alassani Mohamed DJOBO à Sokodé. Nous nous interrogeons sur les violences qui ont eu lieu à Sokodé la nuit là. C’est incroyable, en moins de deux heures, on est arrivé à casser des bâtiments publics notamment l’UTB, la Poste, la gendarmerie et la Caisse nationale de sécurité sociale. C’est bizarre ! Nous nous posons la question de savoir,  si ce sont des jeunes de l’opposition qui ont commis tout cela », s’interroge le professeur,  qui souhaite qu’il ait une enquête approfondie  par rapport à ces évènements.

« Nous aurions souhaité qu’il ait une enquête plus approfondie que cela à propos des casses survenues à Sokodé. Je suis presque convaincu qu’il ait eu un travail de planification quelque part pour le mettre sur le dos de l’opposition pour atteindre d’autres objectifs », précise  Aimé Gogué. Selon ce dernier, ceux qui ont opéré la même nuit dans le canton d’Agoèynivé ne sont pas des militants de l’opposition. « A Agoè, le blocage des routes, l’érection des barricades effectués dans la nuit du 16 octobre, ne sont pas faits par les militants de l’opposition car il nous a été rapporté que ceux qui ont fait ces choses ont disparu après leurs actes. Généralement, lorsque les jeunes de l’opposition font des barricades, ils restent là-bas », a expliqué le président de l’ADDI.

Le professeur Aimé Gogué a également dénoncé l’assassinat des deux militaires à Sokodé. « Je regrette l’assassinat des deux militaires tués à Sokodé pour deux raisons. Ce sont des togolais et ils sont en mission confiée par le Togo pour protéger les gens. Nous devons à tout prix éviter cela. Nous sommes tous des togolais », a-t-il lancé.

 

Atha Assan

Last modified on Wednesday, 25 October 2017 17:52

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Togotopnews, le top de l'actualité Togolaise

Tel:

00228 91 90 30 65
00228 97 15 64 47

Facebook