Thursday, 23 November 2017

P POLITIQUE

Thursday, 02 November 2017 20:49

Crise au Togo: le CACIT dénonce des violations des droits de l’homme et appelle tous les acteurs à un dialogue

Président du Conseil d’Administration du CACIT, M. Spéro Kodjo MAHOULE Président du Conseil d’Administration du CACIT, M. Spéro Kodjo MAHOULE

Le Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo (CACIT), a dans le cadre de ses activités de protection et de promotion des droits de l’homme, fait le monitoring des droits de l’homme dans les différentes villes où les manifestations se sont déroulées depuis le 19 août au Togo. Il s’agit notamment de Sokodé, Bafilo, Kara, Mango, Dapaong et Chereponi en République du Ghana pour le cas des réfugiés. En conférence de presse ce jeudi 02 novembre à Lomé, le Collectif a fait le point sur la situation des droits de l’homme dans ces villes et a interpellé les différents acteurs à œuvrer pour l’apaisement, en optant pour la voie du dialogue.

Selon le Président du Conseil d’Administration du CACIT, M. Spéro Kodjo MAHOULE,  une seule personne morte est un mort de trop. « Nous avons enregistré plus d’une dizaine de morts. C’est important de trouver une solution et la solution que nous pensons la plus simple est le dialogue. Nous voudrions que cette fois-ci, le dialogue soit un dialogue franc, constructif mais surtout l’obligation pour chaque acteur de faire l’effort de mettre réellement en œuvre les résultats de cet accord  dont nous avons besoins », a indiqué Spéro Kodjo MAHOULE.

Dans une déclaration liminaire, le CACIT a par ailleurs , indiqué que plusieurs droits civils et politiques et droits économiques, sociaux et culturels ont été violés à savoir le droit à la vie, à l’intégrité physique, la violation des domiciles, la destruction des biens publics et privés, le droit à l’information, le droit à un procès juste et équitable.

Suite aux investigations menées par le Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo du 19 août au 31 octobre dernier, dans le cadre des récentes manifestations politiques, il a été révélé entre autres, 14 morts dont 9 par balle y compris les civils parmi lesquels des mineurs et militaires et près de 400 personnes arrêtées.

Face à cette situation alarmante, le CACIT condamne les violences répétées des droits de l’homme liées à l’usage disproportionné de la force, les violences ayant engendré des pertes en vies humaines du côté de forces de l’ordre, des manifestants et des paisibles citoyens ; la destruction des biens publics et privés et la sortie des individus cagoulés observés sur le terrain aux côtés des forces de l’ordre.

Le Collectif appelle la classe politique et particulièrement le Chef de l’Etat, à un dialogue franc et constructif, les partis politiques à sensibiliser leur membres sur le respect des règles républicaines notamment les textes relatifs aux manifestations publiques pacifiques. Il invite les autorités en charge de la sécurité à faire preuve de plus de professionnalisme en ayant à l’esprit le respect des droits de l’Homme et la population particulièrement la jeunesse à avoir à l’esprit la préservation des biens publics et privés et la non violence . Le CACIT demande à toutes les parties prenantes à faire preuve de retenue et à œuvrer par tous les moyens à l’apaisement.

 

Atha Assan

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Togotopnews, le top de l'actualité Togolaise

Tel:

00228 91 90 30 65
00228 97 15 64 47

Facebook