Tuesday, 12 December 2017

P POLITIQUE

Monday, 27 November 2017 15:08

Le CJD et le MJP demandent la révision de la loi de 2011 sur les libertés des manifestations publiques

Le Collectif des Jeunes pour le Développement (CJD) collaboration avec  le Mouvement des Jeunes pour la Paix (MJP) et les associations affiliées  ont démarré un programme d'activités de sensibilisation à la paix dans le Grand  Lomé depuis le 23 novembre dernier. Ces activités de sensibilisation placées sous le thème « Culture de la paix et manifestations publiques : libertés et responsabilités », ont été clôturées par un grand meeting ce samedi 25 novembre sur le terrain d’Adewui.

Dans leur déclaration  commune à la fin du meeting, le CJD, le MJP et les associations affiliés ont déploré les dégâts humains et matériels qu’engendrent les manifestations de l’opposition. Ils regrettent la paralysie de l’économie et  la perturbation des activités scolaires par ces manifestations.

« Les acteurs de l’éducation, notamment les enseignants, formateurs et apprenants, tout comme les autres citoyens, se rendent aux lieux de  travail avec la peur au ventre, dès que cette opposition appelle à manifester. Ce terrorisme qui ne dit pas son nom, hypothèque  sérieusement l’éducation des jeunes et partant l’avenir de notre pays » ont  regretté ces associations.

Aussi le CJD et le MJP  soulignent qu’ils continuent d’enregistrer des  victimes parmi leurs membres et partenaires et interpellent par la même occasion le gouvernement à prendre des mesures idoines pour mettre fin aux manifestations violentes, qui ont entamé dangereusement l’économie du pays dans son ensemble.

Ils ont également abordé les  sorties médiatiques de certains leaders politiques  qui selon eux, inquiètent.  « Suite aux manifestations violentes organisées par le parti politique PNP, un député de l’ANC a appelé le peuple Tem à s’en prendre aux peuple dits « allogènes »dont la coexistence pacifique n’a jamais posé un quelconque problème.  Plus récemment certains leaders de l’opposition, dans des messages diffusés sur les réseaux sociaux et dans les medias, ont pris sur eux d’inciter l’Armée Togolaise à déstabiliser les institutions de la République »,  lit-on dans la déclaration.

Ces messages gravissimes selon le CJD et le MJP,  violent la charte des partis politiques et mettent leurs auteurs sous le coup de la loi.

Ainsi, le CJD et le MJP demandent  au  gouvernement de prendre ses responsabilités devant ces menaces de déstabilisation des institutions, de l’unité nationale et de la paix sociale.

« Les togolais dans leur diversité ethnique, religieuse, qu’ils soient civils ou militaires, forment un seul peuple, respectueux des institutions de la République. Les manifestations de rue sont un droit universel consacré par notre constitution, elles ne sauraient être perçues comme le moyen de détruire le tissu économique et social, et de causer impunément des dommages et de pertes en vie humaines » ont-t-ils relevé.

Le CJD et MJP et leur partenaires, dans le souci de sauvegarder cet acquis, demandent  la révision de la loi de 2011 sur les libertés de manifestations publiques afin d’y introduire des précisions sur les conditions des manifestations, et surtout les responsabilités pénales des organisateurs devant les dégâts et les victimes qu’occasionnent ces manifestations.

CJD et le MJP  par ailleurs, saluent les mesures d’apaisement prises par le Chef de l’Etat et son appel au  dialogue entre les acteurs politiques, afin de parvenir rapidement à une solution durable à la question des réformes constitutionnelles et institutionnelles.

Ils  demandent à tous les leaders politiques de saisir l’opportunité du dialogue offerte  par le Chef de l’Etat pour résoudre les questions légitimes de réformes constitutionnelles et institutionnelle car disent-ils,  les manifestations de rue ont suffisamment causé du tort à la jeunesse togolaise.

 

Rachel D.

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Togotopnews, le top de l'actualité Togolaise

Tel:

00228 91 90 30 65
00228 97 15 64 47

Facebook