Wednesday, 18 July 2018

P POLITIQUE

Tuesday, 12 December 2017 07:38

Gilbert BAWARA : « Le gouvernement a suffisamment démontré sa bonne volonté à œuvrer pour les conditions de décrispation du climat socio-politique »

Plusieurs Organisations de la société civile togolaise, des diplomates, Organisations sous régionales et internationales recommandent depuis un certain temps aux différents acteurs de la vie politique au Togo à se retrouver autour d’une table pour trouver des solutions pacifiques à la crise politique qui secoue actuellement le pays. Invité ce lundi 11 décembre sur une radio locale, le Ministre Gilbert BAWARA a indiqué que le Chef de l’Etat par l’intermédiaire du gouvernement a déjà pris les mesures nécessaires pour aller au dialogue.  

Selon le ministre de la fonction publique, du travail et de la réforme administrative, Gilbert BAWARA, le gouvernement, depuis un certain temps, affiche sa volonté et son engagement à créer les conditions pour aboutir à un dialogue. « Le 05 septembre 2017 lorsque le projet de révision constitutionnelle a été adopté en Conseil des ministres, le Président de la République avait lancé un appel au dialogue et au dépassement envers les partis politiques notamment ceux qui siègent à l’Assemblée nationale et les a exhorté au sens du compromis pour trouver un consensus », a-t-il indiqué.

La libération récente des deux imams interpellés mi-octobre notamment Alfa Hassan Mollah de Sokodé et Abdoul Wahid de Bafilo , est une autre mesure parmi tant d’autres, selon Gilbert BAWARA.

Il a indiqué que le gouvernement et la Coalition des quatorze partis politiques se sont retrouvés les 21 et 23 octobre et avec les autres partis politiques pour examiner la manière dont les manifestations se déroulent et faire le constat ensemble des débordements, des incidents, les cas de violences et des exactions qui sont commis, en marge de ses manifestations. Cette activité, poursuit le ministre, a pour objectif de voir comment faire pour que les libertés démocratiques, les droits politiques particulièrement les libertés de réunions, d’associations et de manifestations pacifiques dans le cadre de la loi, puissent être exercées en évitant tous les actes qui sont préjudiciables à l’ordre publique. C’est ainsi, précise Gilbert BAWARA, qu’il a été préconisé que les organisateurs des marches dispose d’un service d’ordre interne et coopérer étroitement avec les forces de sécurité en vue d’un meilleur encadrement des manifestations et pour prévenir les débordements et les dérapages.

Le ministre de la fonction publique, du travail et de la réforme administrative a, dans ses interventions, rappelé que, le 06 novembre dernier, le gouvernement a pris un certain nombre de mesures qui permettaient de libérer quarante-deux (42) détenus qui ont été interpellés, jugés et condamnés pour divers délits commis en marge des manifestations. Ensuite, continue le ministre, s’en est suivie la restitution des motos saisies le 07 septembre à l’occasion d’une marche qui a excédé les horaires réglementaires des manifestations. A cela, conclut Gilbert Bawara, s’ajoute la levée du contrôle judiciaire auquel est soumis Jean-Pierre Fabre dans le cadre des affaires dites des incendies.

Ces actes, à en croire le ministre de la fonction publique, du travail et de la réforme administrative, témoignent de la disponibilité et de l’ouverture totale du Gouvernement et du Président de la république. « Le 07 novembre, une correspondance du gouvernement  a été adressée au Chef de file de l’opposition pour l’inviter à des concertations enfin que nous puissions examiner ensemble les modalités du dialogue. Le gouvernement affiche clairement sa bonne volonté et sa bonne foi et son engagement à favoriser le dialogue. Les mesures annoncées par le gouvernement s’inscrivent dans une longue liste de mesures et de dispositions prises et exécutées par le gouvernement pour créer les conditions favorables aux démarrages effectifs des discussions. Cette volonté va rester permanente », a précisé Gilbert BAWARA.

Par ailleurs, en conférence de presse le vendredi 08 décembre, l’opposition a félicité les mesures prises par le gouvernement notamment la libération des deux imams. Toutefois, la Coalition des quatorze partis politiques pose encore d’autres conditions notamment la libération des membres du « mouvement NUBUEKE » et la libération des détenus dans l’affaire des incendies.

A ces exigences de la Coalition, Gilbert BAWARA répond que cela semblerait à l’inexistence d’une Justice dans le pays. Il indique à cet effet, que le gouvernement a suffisamment démontré sa bonne volonté, sa prédisposition d’esprit à œuvrer pour et à créer les conditions de décrispation du climat socio-politique. « La conviction du gouvernement est que nous nous retrouvons autour d’une table, cela va baisser les tensions et va renforcer la confiance et la décrispation ; et toutes autres mesures peuvent intervenir dans ce cadre-là », a souligné le ministre de la fonction publique, du travail et de la réforme administrative.

Atha Assan

 

 

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Togotopnews, le top de l'actualité Togolaise

Tel:

00228 91 90 30 65
00228 97 15 64 47

Facebook