Tuesday, 13 November 2018

R REPORTAGES ET DOSSIERS

Monday, 29 October 2018 19:45

Planification familiale : les populations de Datcha-Atikpayi sauvées par les ASC

Séance de sensibilisation des ASC à Datcha-Atikpayi Séance de sensibilisation des ASC à Datcha-Atikpayi Photo prise par Atha Assan

Le rendez-vous est pris sous l’arbre à palabre ce matin-là. Jeunes, femmes et hommes ainsi que les personnes du 3ème âge assis sur les chaises et les troncs d’arbres restent très attentifs à la nouvelle du jour. Les Agents de Santé Communautaire (ASC) sont présents pour délivrer le message. Comme à l’accoutumée, des voies s’harmonisent sur des chansons couplées de danses folkloriques.  Nous sommes le jeudi 18 octobre 2018, dans le canton  de Glei (136,2 KM Nord Lomé) et plus précisément à Datcha-Atikpayi, un village de la préfecture de l’Ogou (région des plateaux).

Au bout de 10 minutes d’animations, le folklore a vite laissé place aux choses sérieuses. ‘’La planification familiale’’ (PF), c’est le thème de la rencontre du jour. Mme Akoua Souké, Agent  de Santé Communautaire du milieu,  entretient le public présent sur le sujet. Des causeries éducatives en langues locales commencent. L’importance de la PF est expliquée aux populations, les avantages pour la femme, les enfants et toute la famille. Les différentes méthodes contraceptives sont montrées à l’assistance.

Des échanges sont suivis de présentations et d’explications. Des questions sortaient de part et d’autres. Celle qui a attiré l’attention des uns et des autres est : « la femme a-t-elle besoin forcément de l’accord de son mari pour adopter une méthode contraceptive ? ».  La phrase n’est pas encore arrivée à sa fin mais l’on pouvait bien lire le ‘’non catégorique’’ des hommes sur leur visage froissé. Très vite, Mme Kouvahey Eklu Anita, Responsable santé communautaire à l’Association Togolaise pour le Bien-Etre Familial (ATBEF) venus pour appuyer les ASC prend la parole. Elle rassure les hommes que cela peut faire objet de discussion dans le couple toutefois chacun a droit à la santé. « La loi garantie aux jeunes filles et femmes au foyer le droit d’aller adopter librement une méthode contraceptive », fait-elle comprendre à l’assistance. Aussi, clarifie-t-elle, une femme qui espace bien ces naissances est en bonne santé à côté de son épouse et ses enfants. « Etant en bonne santé, elle crée moins de soucis à son homme et peut facilement l’assister dans son quotidien ; s’occuper bien des enfants », ajoute la Responsable santé communautaire de l’ATBEF.

                                                    Mme Akoua Souké, Agent  de Santé Communautaire

Des hommes apprécient la PF

Des hommes comprennent l’importance de la PF et témoignent de ces avantages. Parmi eux, Kolalemou Gnanda, Cultivateur à Datcha Atikpayi. « Avant, dans notre village, des querelles sont fréquentes entre les couples à cause des grossesses non-désirées. Il n’y a pas de centre de santé dans notre village pour avoir des informations et savoir quoi faire. Aujourd’hui, avec la présence des ASC dans notre localité, nous sommes bien éduqués en matière de la planification familiale. Depuis que j’ai libéré ma femme d’aller adopter une méthode contraceptive, mes enfants sont bien en forme. Alors qu’avant on donnait naissance facilement aux ‘’presque jumeaux’’. C’est-à-dire que l’enfant n’a pas encore un an mais on crée une nouvelle grossesse par ignorance. Je peux dire que les Agent de santé communautaire nous ont sauvés », confie-t-il.

Les hommes ne sont pas les seuls à aimer la Planification familiale. Les femmes en sont les plus heureuses. « J’ai quatre enfants, je ne veux plus en faire. Il y a trop de souffrance. Chaque trois mois, je viens vers l’ASC qui me fait une injection. Je conseille mes sœurs à aller le faire. C’est une bonne chose. Des gens racontent que les pilules créent des maladies, c’est faux. Je me porte bien depuis que j’adopte la méthode », fait savoir Sèlomé, la trentaine.

L’ATBEF appui les Agents de Santé Communautaire

L’Association Togolaise pour le Bien-être Familial (ATBEF) avec le soutien de ses partenaires, appuie les ASC dans leurs activités. « Nous sommes ici aujourd’hui pour appuyer les ASC qui sont dans le village. Les encourager et montrer à la population que les Agents ne sont pas seuls et qu’ils ont derrière eux une institution qui les soutient notamment l’ATBEF », fait comprendre Mme Kouvahey Eklu Anita, Responsable de Santé Communautaire à ATBEF.

Les Agents,  souligne-t-elle, font du bon travail et doivent continuer dans la même lancée pour que dans les années à venir qu’on n’enregistre plus de grossesses non désirées et surtout des grossesses rapprochées avec des décès maternels. « Actuellement l’ATBEF a huit sites de distribution à base communautaire (DBC) au Togo. Si l’Etat arrivait à mettre la DBC dans chaque district sanitaire au Togo, je crois que la prévalence contraceptive sera vraiment boostée et nous lutterons beaucoup pour les décès maternels et infantiles que nous observons maintenant », propose Mme Kouvahey Eklu Anita.

Pour sa part, M. Fombo Koffi, Agent de suivi des ASC sur le projet de Distribution à Base Communautaire dans la préfecture de l’Ogou, informe que chaque mois,  « plus de 1000 femmes (anciennes + nouvelles) sont injectées au Depo-pProvera dans la préfecture de l’Ogou par les Agents de Santé Communautaire ».

Cet article est réalisé dans le cadre d’une visite de terrain organisée par l’ATBEF dans le district d’Ogou en faveur de 10 journalistes des médias publics et privés. Une visite de terrain qui a coïncidé avec la mission de la Conseillère du Bureau Central IPPF basé à Londres, Mme Helene Young. Une occasion pour les professionnels de médias de renforcer leurs connaissances sur les programmes communautaires à fort impact de l’ATBEF.

Atha Assan

Last modified on Monday, 29 October 2018 19:47

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Togotopnews, le top de l'actualité Togolaise

Tel:

00228 91 90 30 65
00228 97 15 64 47

Facebook