Thursday, 28 May 2020

S SANTE

Saturday, 16 May 2020 12:30

Coronavirus et Violences basées sur le genre : chez les réfugiés, l’ATBEF a fait d’une pierre 2 coups

ATBEF sensibilise les réfugiés à Avepozo ATBEF sensibilise les réfugiés à Avepozo

Pas de repos tant que la pandémie du coronavirus ne signe pas sa fin dans le monde et au Togo. C’est l’objectif que l’Association togolaise pour le bien-être familial (ATBEF) s’est assignée en enchaînant des séances de sensibilisation à divers endroits dans le pays depuis  le début de la pandémie. Après les marchés, quartiers et stations de transport en commun, l’Association était le mercredi 06 mai chez les réfugiés à Avépozo (banlieue Sud-est Lomé).

L’océan bourdonne sous un soleil menaçant. A une dizaine de mettre de l’eau, se trouve un habitat construit en claie et bois. Cette construction de fortune dont les tôles résistent faiblement au vent est décorée naturellement par quelques palmistes, neeem et cocotiers. Il est 9h30 ! Nous sommes au camp des réfugiés d’Avepozo qui regroupe plus de mille personnes dominées fortement par la nationalité ivoirienne. L’équipe de l’ATBEF est attendue ce jour pour une sensibilisation sur le coronavirus couplée de conseils sur les violences basées sur le genre (VBG).

Le véhicule de l’ATBEF n’a pas eu de difficultés à parcourir cette zone fortement sablonneuse pour se stationner d’abord au niveau du poste de la gendarmerie installé sur le lieu. Nécessité d’échanger avec l’Adjudant en place, remplir quelques formalités pour faire la sensibilisation sans inquiétudes. Place maintenant à l’objectif du jour.

Le duo Merveil BAKA et Justine Lagbai, tous deux assistants sociaux, à tour de rôle, créent l’ambiance de sensibilisation à chaque positionnement stratégique du véhicule équipé en matériel de sonorisation.  Le premier, micro en main, a rappelé à la population la nécessité d’adopter les gestes barrières annoncées par l’OMS et les autorités du pays pour être à l’abri du coronavirus. L’accent est beaucoup mis sur le port des masques, la distanciation sociale, le lavage régulier des mains et le respect du couvre-feu qui court de 21 heures à 5 heures du matin. Les parents sont invités à veiller sur les enfants  et à contacter le « 111 » en cas d’apparition d’un signe apparent au Covid-19.

Pour sa part, Mme Justine Lagbai a abordé la question des violences basées sur le genre en invitant les mamans à rester éveiller et à dénoncer toutes formes de VBG dans la zone.

A LIRE : Découvrez les 4 axes du nouveau projet de l’ATBEF en faveur des réfugiés au Togo

L’association de ce thème à celui de la lutte contre le coronavirus n’est pas anodine. « En ce moment où les activités sont au ralenti et les gens sont chez eux, désœuvrés, beaucoup de  violences peuvent intervenir notamment sexuelles », explique-t-elle.

 Le message est très apprécié par les réfugiés rangés de manière dispersée dans les allés du bidonville pour respecter la distance requise.

Des membres de l'Atbef et un comité locale au sein des réfugiés

« C’est une bonne initiative qui nous va droit au cœur. Nous allons tenir compte des conseils et les mettre en œuvre », Promet Mireille, une Ivoirienne arrivée en Lomé en 2011.

De son côté, l’administrateur du site, Koamivi  Medzinyuie apprécie la démarche de  l’ATBEF et invite d’autres associations à lui emboîter le pas. Il a profité de l’occasion pour solliciter des dons de masques, des vivres et non-vivres aux réfugiés qui sont plus vulnérables en cette période de crise sanitaire.

Faut-il le souligner, cette activité de l’ATBEF rentre dans le cadre du projet BMZ piloté par l’Association depuis quelques années.

Atha ASSAN

 

Last modified on Saturday, 16 May 2020 13:26

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Togotopnews, le top de l'actualité Togolaise

Tel:

00228 91 90 30 65
00228 97 15 64 47

Facebook