Thursday, 16 August 2018

S SOCIETE

Saturday, 24 February 2018 10:01

Des ouvriers togolais licenciés abusivement par la société chinoise CRBC

Ils sont au total deux-cents (200) ouvriers togolais à être  déjà licenciés par l’entreprise chinoise CRBC (China Road and Bridge Corporation). Cet état de chose mécontente  le Syndicat des Ouvriers, Cadres, Employés des Travaux Publics et Bâtiments (SOECTRAB).

Selon M. Gavor Kodjo, Secrétaire Général du SOECTRAB qui défend les ouvriers licenciés par cette entreprise chinoise, les raisons pour lesquelles l’entreprise chinoise renvoie les ouvriers sur les chantiers ne sont pas dignes. « Les ouvriers s’indignent contre le taux horaire très bas qui ne répond même pas à la Convention Collectif Interprofessionnel, de longues heures de travail sans repos. Ils sont souvent affectés sur les lieux de travail sans être pris en charge par rapport au prime de logement ou de déplacement ainsi que le prime de salissure », a fait savoir le Secrétaire Général du SOECTRAB. Ce dernier a souligné que lorsque les ouvriers veulent porter des revendications face à ces mauvaises conditions de travail et de vie, la réponse directe du patron chinois est le licenciement.

Interrogé sur le problème, un ouvrier s’exprime : « On a même pas d’économie parce que nous avons été mal payés. Nous sommes là sous la main de nos chefs syndicaux pour qu’ils fassent quelque chose à notre égard, les licenciements ont été abusifs. Jusqu’alors, on ne sait pas exactement ce qu’on nous reproche, malgré les travaux que nous exerçons pour le développement de ce pays ».

« Nous travaillons sans repos. Je fais sept (7) ans sans congés, je travaille de 6 h à 21 heures chaque jour. Je suis un opérateur laboratoire payé à 44 000 FCFA  le mois soit 232 FCFA l’heure, ce qui n’est conforme à aucune régulation au monde. Nous sommes là aujourd’hui pour faire savoir à l’opinion nationale et internationale que les sociétés chinoises en particulier le « CRBC » ne veulent respecter aucune loi de notre pays », a ajouté un autre.

Cette situation qui concerne les ouvriers qui travaillent sur le grand contournement de la ville de Lomé (actuellement en phase II, Agoè-Frontière Noèpé) est bien déplorable. Appuyés par le SOECTRAB, ces ouvriers appellent les autorités à prendre en charge le dossier pour une solution durable. Au cas contraire, une grève  est prévue pour la semaine prochaine.

Il faut souligner que le non-respect aux règles qui régissent le monde du travail, observé au niveau des entreprises étrangères qui s’installent au Togo, n’est pas l’apanage  des entreprises chinoises seules. Cela concerne également des entreprises indo-pakistanais et libanais entre autres.

 

Atha Assan

Last modified on Saturday, 24 February 2018 10:02

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Togotopnews, le top de l'actualité Togolaise

Tel:

00228 91 90 30 65
00228 97 15 64 47

Facebook