Friday, 21 September 2018

S SOCIETE

Thursday, 03 May 2018 15:25

Affaire Bolloré : l’Etat togolais va coopérer si la Justice française l’interpelle

Vincent Bolloré (à droite), Faure Gnassingbé (à gauche) Vincent Bolloré (à droite), Faure Gnassingbé (à gauche)

Les citoyens togolais attendaient  depuis une réaction de la part des autorités du pays sur l’affaire que l’on qualifie de « Bollorégate ». C’est finalement chose faite ce jeudi 03 mai 2018 par le ministre Gilbert Bawara à travers une intervention sur une radio locale (Victoire Fm). Le ministre a fait part de la disponibilité du pouvoir togolais à apporter tout élément ou information nécessaire  au cas  où le processus judiciaire  le requiert.

Pour le ministre de la fonction publique, du travail et de la réforme administrative, Gilbert Bawara, l’allégation selon laquelle le gouvernement ait cédé à l’industriel français un terminal à conteneur au Port autonome de Lomé (PAL) en 2011, en contrepartie du rôle joué par Havas, la filiale du Groupe Bolloré dans la réélection de Faure Gnassingbé à l’élection présidentielle de 2010, est fausse. « C’est ridicule, scandaleux, voir même un peu condescendant d’imaginer qu’une agence en communication pourrait avoir une influence quelconque sur une élection présidentielle dans un Etat africain », a-t-il déclaré avant de préciser que « la procédure de passation de concession pour la construction et la gestion d’un terminal que le Groupe Bolloré a obtenu au PAL pour une durée de 35 ans, a eu lieu dans les règles de l’art ».

Aussi, Gilbert Bawara souligne-t-il que le gouvernement togolais ne se sente pas concerné par cette affaire.  « C’est une affaire qui oppose un opérateur économique français à son pays. Pour le moment, nous avons des bribes d’information à travers les commentateurs et les journalistes. L’Etat togolais n’a aucun élément fiable du dossier », a indiqué le ministre.

Toutefois, Gilbert Bawara affirme que  l’Etat togolais est prêt à  fournir une information ou un quelque élément, si jamais la justice française l’interpelle.  « Nous le ferons volontiers sans aucun problème », a-t-il précisé.

 

Pour rappel, le groupe du milliardaire français, Vincent Bolloré français, est soupçonné d’avoir utilisé les activités de conseil d’Havas, entreprise qu’il contrôle, pour obtenir des marchés au Togo et en Guinée.

Atha Assan

Last modified on Thursday, 03 May 2018 15:53

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Togotopnews, le top de l'actualité Togolaise

Tel:

00228 91 90 30 65
00228 97 15 64 47

Facebook