Sunday, 21 October 2018

S SOCIETE

Friday, 01 June 2018 22:41

La manière dont ce bâtiment de 7 étages s’est écroulé au grand marché de Lomé

des décombres sous lesquels sont coincés de nombreuses personnes, enfants comme adultes des décombres sous lesquels sont coincés de nombreuses personnes, enfants comme adultes

Il  est 15h30,  des taximens et motocyclistes continuent leur repos sous cet immeuble de sept étages, situé sur la « Rue de l’église 72 KTM» (quartier Kokétimé), à dix mètres de « Goethe Institut »,  sans savoir ce qui allait leurs arriver. C’est normal, car c’est l’habitude avant que 17 heures ne sonne pour que les revendeuses et revendeurs du grand marché ne cherchent à regagner leur domicile en prenant les différents moyens de transport surtout les taxis, les motos et les tricycles. Sauf que la fin de cette journée du vendredi 01 juin 2018, crée un panique générale au grand marché de Lomé avec l’écroulement d’un bâtiment de 7 étages occasionnant des pertes en vie humaines et blessés.

Coup de tonnerre ou éclatement de pneus ?  C’est ce que croyaient les agents de sécurités de Goethe Institut avant de s’en apercevoir que  les 6ème et 7ème étages de l’immeuble aux carreaux blancs salles abritant des boutiques et une agence de Lonato vient de s’écrouler. « Des courses de gauche à droite. Certains ont pu s’échapper mais d’autres en ont laissé leur vie », confie un agent de sécurité de Goethe Institut retrouvé sur le lieu. Ce dernier rapporte que c’est une catastrophe qui a surpris les revendeuses et les motocyclistes qui étaient aux alentours de l’immeuble.

 Par terre, sous les décombres, l’on aperçoit quatre tricycles broyés par les bétons tombés. Même les casques n’ont pas échappé à ce drame. Parmi les quatre, deux portent les immatriculations CG-7290 et BT-0153. Arrivé sur les lieux, M. Komlan est inconsolable, son  cousin l’un des motocyclistes est parmi les victimes amenées d’urgence au CHU campus par les ambulances. Si certaines victimes ont eu l’occasion d’être transporté par les voitures d’urgences, d’autres n'ont eu recourt  qu' aux taxis du marché.

Surpris de l’allure qu’a pris le drame, les responsables des boutiques environnantes ont pris la fuite. « On dirait une manifestation de la coalition de l’opposition dispersée par les forces de l’ordre à Lomé », compare un témoin.

Le niveau 6 et 7 de l’immeuble écroulé laisse apparaître des tuyaux d’électricités et des brindilles de fer très rouillés à compte goûte et accroché à un cafouillage de débris encore suspendu en l’air. Un spectacle qui effraie.

Selon les informations recueillies sur place, la police et la gendarmerie sont arrivés sur les lieux après 30 minutes du drame, s’en est suivi plus tard les sapeurs-pompiers.

Koevi Kangni Tobi, vendeur au 1er étage de l’immeuble écroulé raconte sa tragédie. « Je me reposais et brusquement j’attends un bruit assourdissant. Des briques de bétons tombent un peu partout. Que faire ? Je suis obligé de sauter du premier étage pour tomber en bas au risque  d’être enterré par les pierres qui pleuvent », relate-il en montrant ses blessures aux genoux.

Certains parents cherchent désespérément leurs enfants . Une femme cherche en vain son second enfant  après avoir sauvé un. Elle doit attendre maintenant les travaux des pompiers pour avoir les nouvelles de son deuxième enfant.

Le drame, raconte un vieux d’une soixantaine se pressentait dès le matin. « Ce matin vers huit heures deux carreaux sont tombés de l’immeuble mais personne ne pouvait imaginer l’écroulement du bâtiment. C’est vers 15 heures que le gros s’est produit.  J’ai pu sauver trois enfants. Nous cherchons trois autres enfants en vain », annonce-t-il les yeux très rougis.

Le ministre Yark Damehame de la sécurité et de la protection civile est le premier à arriver sur les lieux, s’en est suivi ses collègues de l’Urbanisme et des travaux publics. On note une grande mobilisation des journalistes de la télévision, radio, presse écrite comme en ligne.

 Les sapeurs-pompiers arrivés sur les lieux font de leurs mieux pour  sauver des vies humaines. Les policiers et  gendarmes de leurs côtés s’activent pour qu'il n'y ait pas de nouvelles victimes de cet immeuble qui peut encore s’écrouler de nouveau. Des bulldozers et des camions poids lourds sont mobilisés ainsi que les voitures de polices et des sapeurs-pompiers. Les téléphones toujours planqués aux oreilles, les Chefs des forces de l’ordre et des sapeurs-pompiers, donnent des directrices à suivre.

D’après le communiqué du gouvernement sorti aux environs de 20 heures,  l’on dénombre provisoirement deux morts dont un enfant de trois ans et 14 blessées. Et aussi des pertes matérielles.

Atha Assan & Amiel Abikou depuis le Grand marché de Lomé pour Togotopnews

Last modified on Sunday, 03 June 2018 15:08

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Togotopnews, le top de l'actualité Togolaise

Tel:

00228 91 90 30 65
00228 97 15 64 47

Facebook