Friday, 18 August 2017

S SOCIETE

Friday, 16 June 2017 18:59

Insécurité grandissante: le ministre Yark fait appel aux religieux et chefs traditionnels

Photo de famille sanctionnant la rencontre Photo de famille sanctionnant la rencontre

« Les responsables religieux et les chefs traditionnels ont un rôle important à jouer pour influer sur les résultats des statiques issus des accidents de circulation ainsi que les cas de lynchage et suicide ». Tels sont les propos tenus par le ministre de la sécurité et de la protection civile ce vendredi 15 juin, à Lomé, à l’endroit des chrétiens, musulmans et garants des us et coutumes.

La route tue de plus en plus au Togo. Face donc à cette situation alarmante, le ministre de la sécurité et de la protection civile demande le concours et l’assistance des prêtres, pasteurs, imams et gardiens des us et coutumes. « Ne serait ce qu’au cours d’un culte prendre une à deux minutes pour parler des dangers de la route. Ces responsables peuvent sensibiliser leurs fidèles sur les meilleurs comportements à adopter pour éviter des accidents de route et réduire les risques », a indiqué le ministre Yark, lors d’une rencontre de sensibilisation.

Outre les questions d’accidents de circulation, le ministre a évoqué deux nouveaux phénomènes qui s’invitent sur le territoire togolais. Il s’agit des cas de lynchage et de suicide. S’agissant du suicide, le ministre informe que de janvier à juin 2017, 34 cas de suicide ont été révélés et que la plupart des auteurs laissent souvent des écrits relatifs aux problèmes sociaux, de déception et de voisinage. Face à ce problème qui menace la paix et la stabilité nationale, le Col. Yark Damehame invite les hommes de Dieu et les chefs traditionnels à se pencher sur le sujet.

Pour ce qui concerne le lynchage, le ministre relate : « pour un oui ou pour un non, ou encore pour un simple soupçon, les gens décident de mettre fin à la vie de leurs concitoyens. Ceci se fait  en mettant des pneus au coût des victimes, en versant de l’essence sur les suspects et pour finir en mettant le feu ». « Cette attitude est inhumain », s’indigne le Colonel. Il invite à cet effet les leaders religieux à sensibiliser les pratiquants. « Personne ne doit se faire justice. En cas de soupçons, il faut faire recourt à des institutions régulières, exemple de la police nationale », a conseillé le ministre de la sécurité et de la protection civile.

Le ministre de la sécurité et de la protection civile, Col. Yark Damehame, a rappelé aux acteurs de la vie religieuse et traditionnelle que l’année 2014 a été décrétée « année de la sécurité routière » par le Président de la république, suite à un accident grave qui a eu lieu à Talo dans la préfecture de l’Ogou faisant plus de 50 morts.  Après la décision du Chef de l’Etat, « l’on a pu constater une prise de conscience individuelle et collective. 800 morts en 2014, nous sommes arrivés à moins de 500 à la fin de 2015 », a indiqué le ministre.

Malheureusement, regrette  le ministre que cette prise de conscience des dangers de la route n’a été qu’une euphorie de courte durée. « A la fin de l’année 2016, nous avons enregistré 514 morts et plus de 6800 blessés », a relevé le ministre. A cela s’ajoute le bilan mi-parcours présenté hier par le ministère de la sécurité qui  rapporte 315 morts. « Reste à savoir ce que la suite de l’année nous réserve», s’interroge le Colonel Yark Damehame.

Atha Assan

 

 

Commentaire

Zone obligatoire (*).

Togotopnews, le top de l'actualité Togolaise

Tel:

00228 91 90 30 65
00228 97 15 64 47

Facebook