Tuesday, 22 August 2017

S SOCIETE

Monday, 19 June 2017 17:06

Lutte contre la torture : Le CACIT et l’ACAT-Togo initie une consultation nationale

Les participants Les participants

Contribuer à la lutte contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants au Togo. C’est l’objectif assigné à une consultation nationale de trois (3) jours débutée ce lundi 19 juin, à Lom. Une initiative du Collectif des Associations Contre l’Impunité et la Torture au Togo (CACIT) et l’Association Chrétienne pour l’Abolition de la Torture au Togo (ACAT-Togo) en collaboration avec l’Organisation Mondiale Contre la Torture (OMCT).

Cette  consultation nationale sur les stratégies de lutte contre la torture au Togo vise de façon spécifique à identifier les problèmes liés à la mise en œuvre de la Convention Contre la Torture, initier la mise en place d’une plateforme élargie de lutte contre la torture au Togo et répertorier les domaines nécessitant des réformes dans le cadre de la lutte contre la torture.

Selon le président du CACIT, M. Spéro Mawoulé, depuis le passage du Togo devant le comité contre la torture, des efforts ont été réalisés en vue de mettre en œuvre la convention. « L’on note entre autres une évolution du cadre légal du code pénal, l’opérationnalisation du corps des surveillants de prison, la formation en droit de l’homme des policiers et gendarmes, la construction de la prison civile de Kpalimé pour désengorger celle de Lomé ainsi que la formation des magistrats et greffiers », a indiqué le président du CACIT.

Cependant, constate le président du CACIT, « Même si les cas de tortures semblent avoir diminués au Togo en terme de chiffres de victimes, il n’en demeure pas moins  vrai que les traitements dégradants et inhumains demeurent alarmants, et les cas de torture qui subsistent sont souvent une méconnaissance par les forces de l’ordre ou un excès de zèle », a-t-il relevé.

 A part ces comportements des forces de sécurité, M. Spéro Mawoulé indique que la question de l’effectivité du recours à la justice et à la réparation semble également ne pas être une urgence pour les autorités togolaises. « Nous en voulons pour preuve la non-exécution par l’Etat togolais de trois (3) décisions de justice de la Cour de justice de la CEDEAO en faveur des victimes de torture, en violation de l’article 62 du règlement de la cour », a relevé le président du CACIT.

Par ailleurs, souligne le président du CACIT, la lutte contre la torture et les mauvais traitements ainsi que la mise en place d’un système efficace pour la prévention de la torture sont des questions fondamentales pour la réussite du processus démocratique. A cet effet, indique ce dernier, la finalisation de la nouvelle Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) avec l’arrimage du Mécanisme National de Prévention de la torture (MNP) constitue une urgence.

Atha Assan

 

 

Commentaire

Zone obligatoire (*).

Togotopnews, le top de l'actualité Togolaise

Tel:

00228 91 90 30 65
00228 97 15 64 47

Facebook