Saturday, 15 December 2018

S SOCIETE

Monday, 30 July 2018 16:13

22 morts et 941 Blessés : le Bilan d’un rapport de la LTDH sur les récents événements au Togo

Des militaires dans la ville de Sokodé (Photo archives) Des militaires dans la ville de Sokodé (Photo archives) Photo crédit : Togotribune

« Togo : la répression et la torture contre le changement démocratique. 19 Août 2017-20 juillet 2018 », c’est  l’intitulé d’un rapport rendu public  ce lundi 30 août par la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme (LTDH) sur les évènements récents qui ont secoué la vie politique au Togo.

Selon le rapport  présenté aux professionnels des médias par Me Célestin Agbogan, président de la LTDH, les violences  ont fait 22 décès, 941 blessés dont 202 par balles et 472 arrestations à travers tout le pays.

Ainsi, la ville de  Sokodé se trouve la plus touchée avec 133 arrestations, 95 blessés dont 77 par balles et 12 morts ; suivi de la ville de Bafilo, avec 52 arrestations 188 blessés dont 98 par balles et 3 décès. Quant à  Lomé la capitale togolaise, elle a enregistré 130 arrestations,  573  blessés dont 27 par balles et  4  décès.

« Vu le nombre de blessés par balles à Bafilo, on en déduit que la répression dans cette ville a été comparable à une situation de conflit armée où les militaires tirent sur tout ce qui bouge devant eux. Il en est de même pour la ville de Sokodé », renseigne le document.

A part des arrestations, décès et blessés, le rapport informe également sur des cas des destructions, extorsions de biens, pillages et vols, maltraitances psychologiques, atteintes aux biens publics et privés, exactions commises sur les mineurs, des viols  et des rafles militaro-policières.

A cet effet, la LTDH demande à l’Etat d’éviter la fuite en avant dans le cadre de la résolution des crises ; protéger les défenseurs des droits de l’Homme et garantir aux associations la liberté d’exercice ; libérer les défenseurs des droits de l’Homme, en l’occurrence le Président du REJADD, et les deux membres du mouvement NUBUEKE ; libérer tous les détenus arrêtés dans le cadre des manifestations.

Pour finir, la Ligue recommande aux autorités togolaises de garantir la liberté de manifestation conformément à la constitution togolaise et la loi N° 011 du 11 mai 2011 portant « Liberté de manifestation sur les lieux publics » ; mettre aux arrêts les agents des forces de l’ordre et de sécurité auteurs des actes de tortures sur les personnes arrêtées et gardées à vue dans les postes de gendarmerie et au SRI.

La Rédaction

Last modified on Monday, 30 July 2018 20:57

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Togotopnews, le top de l'actualité Togolaise

Tel:

00228 91 90 30 65
00228 97 15 64 47

Facebook