Tuesday, 25 September 2018

S SOCIETE

Saturday, 08 September 2018 10:44

Registre de métiers informatisé : des avantages pour l’artisan

M. Joachim Milz, Expert résident et représentant de la chambre des métiers de Cologne M. Joachim Milz, Expert résident et représentant de la chambre des métiers de Cologne

Le secteur de l’artisanat au Togo dispose désormais d’un registre informatisé auprès des Chambres de Métiers du Togo. Les avantages du nouveau système sont dévoilés vendredi 07 septembre 2018 aux différents partenaires de l’Union des Chambres Régionales de Métiers (URCM).

Le registre de métiers informatisé, selon l’Expert résident et représentant de la chambre des métiers de Cologne, M. Joachim Milz, a beaucoup d’avantages. « Vous connaissez vos membres, vous pouvez leur donner les informations  dont ils ont besoin. Vous pouvez leur donner accès à d’autres marchés et faire des plaidoyers auprès de l’Etat pour prendre en considération de manière plus valeureux le secteur de l’artisanat », fait savoir l’Expert.

Il faut noter que le registre des métiers informatisé contient depuis sa mise en service plus de sept milles données d’artisans. Le traitement statistique révèle 7055 artisans dont  3181 femmes et 3884 hommes.

Ainsi, l’URCM dispose-t-elle aujourd’hui d’un capital de plus de 7000 données dans toutes les régions avec la possibilité de faire des statiques sur certains métiers. « Nous avons la possibilité de dire, tel métier a besoin davantage de nouveaux apprentis parce que l’âge des artisans qui l’exercent est avancé et nous ne voyons pas suffisamment d’apprentis dans ce métier », affirme l’Expert.  

Au-delà des possibilités de donner matière à réflexion, le registre informatisé permet d’informer les artisans sur les opportunités d’affaires sur le marché à conquérir, les formations à participer et sur les foires à s’inscrire.

Un système qui doit intéresser chaque artisan Togolais

Le Togo regorge d'environ un million d’artisans alors que seulement un peu plus 7000 sont enregistrés au niveau du registre informatisé. Beaucoup de travail reste à faire. « Ce travail doit se faire dans tous les réseaux des chambres de métiers. Nous espérons que très prochainement  les Chambres préfectorales et celles des arrondissements de Lomé vont être à jour en fournissant des informations nécessaires », souhaite l’espère.

Aussi, conseille ce dernier, les autres partenaires du secteur notamment les différentes institutions qui travaillent avec les artisans, les ONG, les banques, les assureurs qui s’intéressent au secteur doivent collaborer avec les Chambres de métier afin que tous les artisans soient inscrits à la chambre des métiers.

                                                              Les participants lors de la rencontre

Registre informatisé : la suite d’un travail amorcé par l’Etat

Selon le Vice-président de l’Union des Chambres Régionales de Métiers, M. Mawuli Agossou, l’Etat a débuté le chantier avec le système d’information sur l’artisanat,  à travers un recensement qui s’est déroulé sur toute l’étendue du territoire auprès de chaque artisan dans son atelier. Le partenaire, souligne le Vice-président de l’URCM, a suggéré qu’il faudrait associer à cela avec le système de registre informatisé. « C’est deux choses différentes mais couplées. Maintenant les gens s’inscrivent et il faudrait que l’artisan en s’inscrivant donne entre autres le chiffre d’affaires, le nombre d’apprentis, de manière à ce qu’on puisse l’intégrer dans le système », indique Vice-président de l’UCRM.

Cette pratique, souligne M. Mawuli Agossou, va permettre de savoir avec « quels partenaires il faut négocier pour les corps de métiers qui sont vitales ».

De son côté, Toï Tchamouza, représentant du Directeur de l’Artisanat à la rencontre, affirme que l’État a commis depuis 2010 des études qui ont permis la mise en place d’un système d’information de l’artisanat. « C’est un mécanisme de collecte, de traitement, de stockage et de diffusion d’informations. Ce travail été fait au niveau de la Direction de l’artisanat », précise-t-il. En 2016, poursuit Toï Tchamouza, l’Expert résident de la Chambre de métier de Cologne a eu cette idée de concevoir un autre système  de registre de métier », confie-t-il.

L’URCM : que fait-elle ?

L’Union des Chambres Régionales de Métiers (URCM) est la faitière nationale qui coordonne et supervise les activités des six Chambres Régionales de Métiers et qui sert d’interface entre elles et les autorités publiques.

Depuis juillet 2016, l’URCM est rentré en partenariat avec la Chambre de Métiers de Cologne qui contribue à l’émergence du secteur de l’artisanat au Togo en général, et au développement institutionnel du réseau des Chambres de Métiers du Togo en particulier.

Atha Assan

Last modified on Saturday, 08 September 2018 21:26

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Togotopnews, le top de l'actualité Togolaise

Tel:

00228 91 90 30 65
00228 97 15 64 47

Facebook