Saturday, 15 December 2018

S SOCIETE

Thursday, 27 September 2018 11:43

Indemnisation : un bilan, à mi-parcours, satisfaisant pour le HCRRUN

Awa Nana Daboya, présidente du HCRRUN Awa Nana Daboya, présidente du HCRRUN Photo crédit : Hccrun.org

Le bilan de la première étape de mise en œuvre de la première phase du volet indemnisation du programme de réparation du Haut-Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’Unité Nationale (HCRRUN) est rendu public, mercredi 26 septembre 2018, à Lomé, au cours d’une rencontre avec les professionnels de médias. Les résultats parvenus par l’Institution sont au-delà de ses attentes.

Selon la présidente du HCRRUN, Awa Nana Daboya, le Haut-Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’Unité Nationale s’est fixé comme objectif de couvrir un certain nombre minimum de 2475 victimes sur un total de 7057 victimes recensées par la Commission Vérité Justice et Réconciliation (CVJR) pour les évènements de 2005. Commencées le 12 décembre 2017, les opérations de prise en charge psycho-médicale et d’indemnisation des victimes se sont achevées le 17 septembre 2018 sur satisfaction. « Le montant  total du processus d’indemnisations de cette première phase s’établit à 1994177491FCFA, dégageant ainsi un solde de 5822509FCFA avec 2510 victimes indemnisées contre 2475 prévues, soit un taux de réalisation de 101,41% », confie Awa Nana Daboya.

Aussi, souligne la présidente du HCRRUN, l’activité de prise en charge et d’indemnisation pour les victimes vulnérables s’est déroulée de décembre à Février 2018. « A partir de Mars 2018, nous avons continué avec les victimes non vulnérables de 2005 retenues pour cette dernière étape. Le souci de rapprocher les réparations des victimes en évitant à celles-ci de parcourir de longues distances pour se voir indemnisées, a poussé le HCRRUN à procéder à un regroupement en trois pôles d’indemnisation, et à créer dans chaque Pôle, des centres d’opérations d’indemnisations », fait-elle savoir.

Il faut noter que les différentes pathologies recensées, au cours de la phase prise en charge psycho-médicale, sont entre autres  l’incontinence urinaire, perte de membres supérieurs, paralysie des membres inférieurs, corps tenant des plombs de fusils de chasse, des éclats de balles ou de débris d’armes blanches et troubles de comportement. « Je peux vous assurer, aujourd’hui, que la prise en charge psycho-médicale entamée en décembre dernier se poursuit et les rapports de l’ONG Aimes-Afrique ainsi que des centres de santé et autres hôpitaux régionaux en charge du suivi de ces victimes dans leurs lieu de résidence nous assurent sur les bon résultats soulageant de la vie et de la santé des victimes concernées. », informe Awa Nana Daboya.

Des victimes prises en charge à Lomé, comme à l’intérieur du pays

Selon le rapport fournit par l’ONG AIMES Afrique, au total, 123 victimes vulnérables sont prises en charge à Lomé et 2287 victimes non vulnérables dans les 5 régions économiques. « Les victimes non vulnérables sont celles qui ne présentent pas de séquelles physiques liées aux troubles mais nécessitant une prise en charge psycho médicale », précise le rapport.

La première étape de cette prise en charge médicale et psychologique, selon les médecins de AIMES Afrique, a été une phase capitale. « Au vu des résultats, l’évaluation médicale et psychologique a été d’une grande réussite et pour l’essentiel le niveau de satisfaction évalué à plus de 90% tant pour les victimes vulnérables que non vulnérables est encourageant et donne déjà de la ferveur pour la suite de la mission. Nous allons continuer le suivi des victimes encore sous traitement pour une satisfaction intégrale des victimes lors des étapes à venir », souligne le rapport fournit par l’ONG.

Des résultats encourageants qui réconfortent le HCRRUN pour la suite du programme

Selon la présidente de l’Institution, Awa Nana Daboya, cette première étape est expérimentale. « Le HCCRUN a en tiré beaucoup d’enseignements pour donner place à des perspectives encore plus prometteuses eu égard aux efforts de l’Etat pour l’exercice budgétaire de 2018 », affirme-t-elle.

En effet, pour cette année, il a été alloué pour le Fonds Spéciale destiné à l’indemnisation des victimes une enveloppe substantielle de cinq milliards (5000 000 000) de FCFA. « Le HCRRUN entend s’investir d’avantage pour répondre aux attentes répondre aux attentes d’autres victimes. Il compte à cet égard mener son action dans deux directions : prioriser les victimes vulnérables des deux phases restantes, c’est-à-dire la phase allant de 1958 à 1989 et celle comprise entre 1990 et 2004 et poursuivre ensuite avec l’indemnisation du reste comprise entre 1990 et 2004 et poursuivre ensuite avec l’indemnisation du reste des victimes non vulnérables de 2005.

Par ailleurs, le HCRRUN informe d’ores et déjà les victimes qui seront convoquées pour les prochaines étapes à se faire impérativement établir les cartes d’identités nationales pour, dit-il, faciliter les opérations en perspectives et faire de ces échéances une réussite.

Atha Assan

 

Last modified on Thursday, 27 September 2018 16:56

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Togotopnews, le top de l'actualité Togolaise

Tel:

00228 91 90 30 65
00228 97 15 64 47

Facebook