Saturday, 17 August 2019

S SOCIETE

Friday, 21 June 2019 17:44

Accusé par « En Aucun Cas » de Satchivi, le CACIT réagit

Foly Satchivi (habit rouge) et Spero Mahoulé (CACIT) Foly Satchivi (habit rouge) et Spero Mahoulé (CACIT)

« Quand le CACIT se sucre allègrement au dos de Folly Satchivi et des autres détenus politiques », c’est le titre d’un communiqué du mouvement En Aucun Cas, publié le 17 juin dernier, qui accuse les responsables du Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo (CACIT). Réagissant ce vendredi 21 juin, le CACIT fait une mise au point de la situation. Lire le communiqué du CACIT :

C’est avec une réelle stupéfaction que le Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo (CACIT) a lu, en début de soirée du 17 juin 2019, un article titré : « Quand le CACIT se sucre allègrement au dos de Folly Satchivi et des autres détenus politiques ». Ce communiqué  signé du mouvement « EN AUCUN CAS » portant de graves accusations sur le CACIT a surpris l’organisation au regard de tous les efforts consentis pour remplir sa mission d’accompagnement des détenues de droits en général et des victimes de violations des droits de l’Homme et de torture en particulier.

Le CACIT estime, au regard de la situation, qu’il est opportun de faire une mise au point importante en vue d’éclairer l’opinion face à cette accusation.

Le CACIT tient à souligner que l’Organisation Mondiale Contre la Torture (OMCT) est l’Organisation ayant mis à sa disposition les fonds conformément à ses lignes directrices et voudrait seulement préciser que :

1.       Le contrat publié par le mouvement « EN AUCUN CAS » est exactement celui signé avec le partenaire OMCT qui a mis les fonds à disposition, pour un montant total de 460. 000 FCFA, le CFA était la devise utilisée dans le contrat. C’est par souci  de transparence que le CACIT a mis à disposition de la victime une copie ;

2.       Les montants évoqués, à savoir deux cent dix mille (210 000) FCFA pour l’assistance sociale et deux cent cinquante mille (250 000) FCFA pour l’assistance médicale sont  les montants exacts octroyés pour l’accompagnement  de M. SATCHIVI

3.       Les fonds relatifs à l’assistance sociale ont été retirés par une parente mandatée par M. SATCHIVI contre décharge, pièces justificatives et pièce d’identité ;

4.       Les frais relatifs à l’assistance médicale, soit 250 000F, sont sur le compte du CACIT dédié à ce type d’assistance.

5.       L’orthodoxie de la gestion des fonds est respectée, à savoir remettre les fonds d’assistance sociale à la victime ou, s’il est en détention, à un membre de sa famille et mettre les frais de l’assistance médicale à la disposition d’un médecin traitant à chaque fois que c’est nécessaire, à concurrence d’un montant disponible. C’est-à-dire qu’en aucun cas ce montant ne devra être directement versé entre les mains bénéficiaires, en l’espèce M. SATCHIVI.

Il est important aussi de revenir sur l’évocation faite de l’assistance juridique qui ne figure nullement dans le contrat et sur laquelle l’OMCT a décidé de ne pas entrer en matière. M. SATCHIVI n’est pas le seul activiste à avoir bénéficié de cette assistance. Les autres bénéficiaires ont tous reçus les fonds d’assistance, alors que les montants dédiés à l’assistance médicale ont été mis à disposition de leur médecin, contre décharge.

En ce moment le CACIT est en train de s’évertuer pour trouver des fonds supplémentaire enfin d’en faire bénéficier d’autres personnes qui sont dans la même situation que M. SATCHIVI. Il est judicieux de ne pas compromettre les chances des autres Togolais qui désirent réellement se faire assister ; surtout à cause de la rareté des fonds sur le plan international et des défis des bailleurs internationaux sur d’autres chantiers ou dans d’autres pays.

Le CACIT a fait parvenir un courrier de clarification aux représentants su mouvement « EN AUCUN CAS » en les mettant directement en contact avec nos partenaires qui pourront apporter des réponses utiles à toutes leurs interrogations.

Le CACIT réaffirme son engagement à lutter contre l’impunité au Togo, promouvoir et à protéger les droit de l’homme et à contribuer à la réhabilitation de toutes les victimes  de violations de droits de l’homme.

Fait à Lomé, le 19 juin 2019

Le président,

Spéro Kodjo MAHOULE

Last modified on Friday, 21 June 2019 17:45

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Togotopnews, le top de l'actualité Togolaise

Tel:

00228 91 90 30 65
00228 97 15 64 47

Facebook