Saturday, 17 August 2019

S SOCIETE

Monday, 24 June 2019 17:57

Sécurité électorale en Afrique : l’UNREC s’implique

Photo de famille Photo de famille

Les acteurs du maintien de l’ordre venus de plusieurs pays africains se réunissent depuis ce lundi 24 juin 2019 à Lomé, sur la problématique de  la sécurité électorale en Afrique ; et ce pour deux jours. Initiée par le  Centre Régional des Nations Unies pour  la Paix et le Désarmement en Afrique (UNREC) et l’Institut des Nations Unies pour  la Formation et la Recherche(UNITAR), la rencontre s’inscrit dans le cadre du lancement du projet « Appui à la Réforme  du Secteur de la Sécurité en matière du maintien  de l’ordre en période électorale dans un contexte d’Etat de droit ».

Le projet  vise l’amélioration de la sécurité électorale dans un contexte d’Etat de droit,  dans le but de renforcer le professionnalisme des forces de sécurité publique dans leur fonction régalienne de protection des institutions, des personnes selon une perspective de sécurité humaine.

Les participants  vont, au cours de la rencontre,  présenter, une vue d’ensemble de la situation de la sécurité électorale dans leurs pays respectifs ;  une vision d’ensemble pour le futur et identifier les besoins sur lesquels bâtir des programmes pertinents de renforcement de capacité des forces de défenses et de sécurité des différents pays.

Selon M. Anselme Nahmtante Yabouri,  directeur de  l’UNREC,  la problématique de maintien de l’ordre en période électorale est d’actualité et cette rencontre va avoir un impact majeur sur la façon de  préserver la sécurité.

«  Lorsqu’on parle d’élection et qu’on parle de maintien de l’ordre, on  est en train de parler de quelque chose d’extrêmement compliquée dans laquelle  les passions sont souvent déchainées , des impératifs de préservation de la sécurité  mais également d’obligation par rapport aux instruments  internationaux de protection de droit de l’homme. Cette rencontre  aura un impact majeur sur la façon dont on préserve la sécurité tout en préservant aussi l’exercice de  liberté et le droit de vote »,  fait- t-il savoir.

Pour sa part, le coordonnateur  résident du système des Nations Unies, Damien MAMA , a expliqué que  la tâche  des forces de sécurité  nécessite des techniques et  des connaissances qu’il faut actualiser régulièrement.

« C’est les forces de sécurité qui doivent sécuriser les institutions pour éviter que le chaos et le  désordre ne s’installent, éviter que les bâtiments publiques ne soient  piller, pour que peut être les installations des commissions électorales ne soient attaquer.    Ils doivent en même temps protéger les civiles, donc  c’est une tâche qui est difficile,  qui fait  appel à des techniques et  des connaissances qu’il faut actualiser régulièrement parce que le contexte évolue. Nous avons aujourd’hui des nouvelles technologies qui n’existait pas il y a quelque années », explique-t-il.

Les participants sont venus notamment des pays d’Afrique  de l’ouest, centrale et australe.

Rachel Doubidji

 

Last modified on Monday, 24 June 2019 18:05

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Togotopnews, le top de l'actualité Togolaise

Tel:

00228 91 90 30 65
00228 97 15 64 47

Facebook