Sunday, 21 July 2019

S SOCIETE

Tuesday, 09 July 2019 07:54

Corruption : 2 exigences du RAC-TOGO pour réduire le fléau

Les membres du Réseau Anti-Corruption (RAC-TOGO) étaient en atelier de renforcement des capacités sur les instruments nationaux et internationaux de la lutte contre la corruption, et les procédures de passation des marchés publiques les 3 et 4 juillet 2019, à Lomé.    Une rencontre qui a bénéficié du soutien de la délégation de l’UE au Togo.

Il était question d’équiper adéquatement les membres du Réseau et jeter par la suite les bases d’un nouveau départ pour placer le Togo, dans un futur proche, dans le top 10 mondial de pays réformateurs en matière de bonne gouvernance.

Selon Dr. EBEH Fabrice, président du conseil d’administration du Réseau Anti-Corruption (RAC-TOGO), 15 ans après l’adoption des instruments internationaux de lutte contre la corruption, les progrès réalisés par les Etats restent mitigés, voire insatisfaisants.

D’après le dernier rapport (2018) de Transparency International dans son Indice de perception de corruption, le Togo a chuté de 2 points par rapport aux scores de 2017 soit 32/100 en 2017 et 30/100 en 2018. De même selon l’indicateur Transparence, Responsabilité et Corruption dans le secteur public de la BAD, le score du Togo est resté constant à 2,8/6 depuis 2014 ; Selon l’indice de bonne gouvernance d’Ibrahim Mô, le score de 2017 (49,1) a baissé par rapport à celui de 2016 (50,5). Toutes ces données, souligne EBEH Fabrice, prouvent que le phénomène de la corruption demeure toujours un grand défi pour le développement du Togo.

Ainsi, le président du RAC-TOGO fait observer que  l’absence d’une loi anti-corruption conforme aux différents instruments internationaux n’est pas de nature à favoriser une lutte efficace contre le fléau. « Il en est de même pour l’inexistence d’un mécanisme claire de déclaration de patrimoine », a-t-il ajouté. A cet effet, le RAC-TOGO « demande au gouvernement d’accélérer le processus de l’adoption de l’avant-projet de loi portant prévention et de lutte contre la corruption et les infractions assimilées, de même que l’avant-projet de loi organique portant déclaration de patrimoine au Togo ».

Pour sa part, le représentant de la Cheffe de la Délégation de l'Union européenne à la rencontre, affirme qu’investir dans la lutte contre la corruption, promouvoir la transparence et la bonne gouvernance aide à améliorer la crédibilité et la confiance dans l'Etat. « En même temps, cela contribue aussi à l'économie et à la richesse du pays. A l'inverse, la corruption étouffe la croissance économique, l'innovation et le développement durable. Partout où la corruption est      répandue, les investissements sont découragés. Les entreprises sont réticentes à investir, en raison de la distorsion de la concurrence, avec un impact négatif sur l'économie », a-t-il dit.

Ouvrant les travaux de la rencontre, le Président de la Haute Autorité de Prévention et de Lutte contre Corruption et les Infractions Assimilé, (HAPLUCIA) - M. WIYAO a exhorté les participants à être disponibles, de corps et d’esprit, durant les deux jours de travaux pour tirer un meilleur profit des différents modules qui vont meubler l’atelier. « Plus vous vous connaissez, plus vous serez efficaces dans le combat commun que nous menons ensemble contre le fléau de la corruption », a-t-il fait savoir.

Par ailleurs, Selon la Commission économique des Nations Unies pour l'Afrique (UNECA), la corruption sur ce continent fait perdre chaque année une somme de 148 milliards de dollars (USD). Ce montant représente environ le 25°/o du PIB de l'Afrique.

Atha ASSAN

Last modified on Tuesday, 09 July 2019 19:52

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Togotopnews, le top de l'actualité Togolaise

Tel:

00228 91 90 30 65
00228 97 15 64 47

Facebook