Saturday, 24 August 2019

S SOCIETE

Friday, 26 July 2019 16:30

ODOS s’engage à mettre fin aux pires formes de travail des enfants dans 4 villages

ODOS s’engage à mettre fin aux pires formes de travail des enfants dans 4 villages Photo crédit : Le Monde

L’Office de Développement et des Œuvres  Sociales (ODOS) en partenariat avec PMU Interlife,  met en œuvre un Projet de lutte contre les pires formes de travail des enfants dans 4 villages miniers du Togo notamment Assomé (Zio), Badjenope (Yoto), Dzrekpon (Yoto) et Lakata (Yoto).

Dans ces différentes localités se pratiquent de façon intense les activités d’extraction de gravier. Constat malheureux, fait savoir M. Roger Goeh-Akue, Coordonnateur national de l’ODOS, ce sont des enfants qui constituent la main d’œuvre la moins chère et la plus utilisée dans ses activités. Ce qui n’est pas sans conséquences sur la santé de ces mineurs. « Les adultes ont démissionné de ces travaux pour des problèmes de reins et malheureusement ce sont des enfants qui endossent ces charges. Les enfants parcourent des centaines de mettre en transportant de grosses bassines de graviers. Ils vont dans les trous pour extraire le sable. Beaucoup de dangers les guettent, des morsures de serpents, des accidents, des panaris et parfois des déformations morphologiques au niveau de la tête, de la colonne vertébrale, des os et cela empiète sur la scolarisation de ces enfants », a-t-il fait observé.

Photo de famille des membres du comité de supervision du projet

C’est dans ce sens et surtout pour finir avec ces pires formes de travail que l’ODOS à penser monter un projet pour sortir les enfants de cette situation. « Ce projet va être conduit sur une année en première phase. Il va appuyer financièrement les parents par la création des coopératives agricoles d’envergure pour faire la production contre saison et aussi assurer la vente. Nous allons assurer la scolarisation, la nourriture et la santé des enfants. Le projet vise 3000 à 4000 enfants. Il y aura également la sensibilisation pour le changement de comportement des parents par rapport aux travaux des enfants dans les carrières », a souligné M. Roger Goeh-Akue, Coordonnateur national de l’ODOS.

LIRE AUSSI : L’église, c’est aussi le social et le développement

Par ailleurs, pour atteindre les objectifs fixés, un comité de supervision du projet est mise en place dans les différentes localités concernées pour faire fonctionner le projet sur place. Les membres (41) de ce comité étaient en atelier de renforcement de capacité sur les droits des enfants et ceux relatifs aux pires formes de travail des enfants les 25 et 26 juillet 2019, à Lomé. L’occasion a été également de partager la philosophie du projet avec les membres du comité et d’élaborer de concert avec eux une feuille de route pour une meilleure coordination des actions.

Atha ASSAN

Last modified on Saturday, 27 July 2019 10:09

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Togotopnews, le top de l'actualité Togolaise

Tel:

00228 91 90 30 65
00228 97 15 64 47

Facebook