Wednesday, 13 November 2019

S SOCIETE

Wednesday, 23 October 2019 14:46

De la nécessité de protéger les biens culturels en zone de conflit

Photo de famille des participants et officiels Photo de famille des participants et officiels

« La protection des biens culturels en cas de conflit armé », c’est autour de ce thème que débute ce mercredi 23 octobre 2019 à Lomé, une rencontre de formation des formateurs à l’intention des forces de défense et de sécurité de l’Afrique de l’Ouest pour la protection des biens culturels en temps de conflit. Qu’est ce qui va se faire concrètement durant les trois jours que dure la formation ?

Il est question au cours de cette rencontre, de former et sensibiliser les forces de défense en phase de regroupement préparatoire pour les missions de maintien de la paix ou d’interposition sur l’importance du patrimoine culturel. Aussi, apporter aux forces de sécurité les outils nécessaires à l’identification des objets et éléments  du patrimoine cultuel dans le cadre de leur fonction lors des contrôles de routine.

La formation, selon Dr. Franck Ogou, Directeur de l’Ecole du Patrimoine Africain (EPAD), est beaucoup axée sur la convention 54 de l’UNESCO qui est la convention de la Haye et ses deux protocoles additionnels. « Elle prévoit les dispositions  de protection du patrimoine culturel et des biens culturels en général en temps de conflits armés notamment la signalisation qui est un élément fort », a-t-il expliqué. Normalement, poursuit-il, l’UNESCO a élaboré des symboles qu’on doit poser sur les biens du patrimoine en temps de conflits armés  afin que les militaires puissent l’identifier. Malheureusement, souligne Dr. Franck Ogou, les militaires ne connaissent pas ces symboles.  « Au cours des conflits le patrimoine est souvent visé ou soit c’est souvent le lieu de refuge des rebelles ou des forces régulières », a-t-il indiqué.

Pour sa part, Komi Nkégbé Foga Tublu, Coordonateur du Centre d’Etudes Linguistiques et Historiques par Tradition orale (CELHTO) bureau UA, fait ressortir les objectifs de l’atelier : « Nous organisons cet atelier pour rappeler aux forces de défenses et de sécurité qu’en cas de conflit, il faut préserver aussi le patrimoine culturel. Il faut d’abord identifier ces biens, les connaitre sur les sites où ils sont avant les conflits et durant les conflits prendre des mesures pour les protéger et ne pas en faire des cibles. »

Faut-il le souligner, 6 pays de la sous-région notamment le Bénin, le Burkina-Faso, le Niger, la Côte d’Ivoire, le Sénégal et le Togo prennent part à cette rencontre de formation.

Par ailleurs, cet atelier organisé par le Centre d’Etudes Linguistiques et Historiques par Tradition orale (CELHTO), bureau spécialisé de la Commission de l’Union Africaine basé à Niamey au Niger, en partenariat avec l’Ecole du Patrimoine Africain-EPA et le centre régional des Nations Unies pour la Paix et le Désarmement (Lomé) fait suite à celui organisé à kigali au Rwanda, du 17 au 19 juin 2019 au profit des hauts-gradés.

Atha ASSAN

Last modified on Wednesday, 23 October 2019 14:53

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Togotopnews, le top de l'actualité Togolaise

Tel:

00228 91 90 30 65
00228 97 15 64 47

Facebook