Saturday, 07 December 2019

S SOCIETE

Friday, 15 November 2019 12:05

Population clés : qui sont-ils ?

Des journalistes participants à l'atelier de formation Des journalistes participants à l'atelier de formation

Le terme est souvent utilisé pour désigner des groupes de personnes marginalisées dans nos communautés. Des journalistes de la presse privée et publique étaient en formation les 13, 14 et 15 novembre 2019 à Lomé, pour mieux cerner le concept et éviter des dérapages dans leurs publications et émissions. Une rencontre organisée par l’Ong Club des 7 jours en collaboration avec le Conseil national de lutte contre le Vih/Sida (CNLS/IST) et financée par la Fondation Rainbow Solidarité.

Le terme ‘’populations clés’’ désigne, selon Selom Agbomadji, Directrice Exécutif de Club des 7 jours, les groupes hautement vulnérables en matière de VIH/SIDA. Dans le contexte togolais, souligne-t-il, « c’est quatre sous-groupes qui sont identifiés comme population clés : les professionnels de sexe, les usagers de drogues injectables, la population carcérale et les hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes ».

Pourquoi former les journalistes sur le concept ?

L’objectif de la formation, fait savoir Selom Agbomadji, c’est d’outiller les professionnels des médias pour qu’ils s’approprient la thématique de la population clés et sensibiliser par la suite  la population dans le souci de réduire la stigmatisation et la discrimination dont elles (les composantes de population clés) sont victimes.

Pour sa part, Atinedi Gnasse, un des facilitateurs de la rencontre et responsable communication CNLS-IST, indique que former les journalistes sur ce concept les permet de bien comprendre le terme. « Dans la lutte contre le SIDA, quand il s’agit surtout des hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes, les journalistes avaient une manière de traiter l’information sur la base rien, des choses dont ils  ne connaissaient pas très bien les tenants et les aboutissants. Lorsqu’il y a des articles discriminants et des articles qui appellent à la violence et à un mauvais traitement des populations clés, la lutte contre le SIDA recule en ce sens que cela ne permet pas aux cibles d’aller vers les services, les produits, et des informations précises », a-t-il renseigné.

Par ailleurs, cette séance de formation, selon les organisateurs, ne vise pas à influencer les professionnels des médias.  « On ne demande pas aux journalistes  de changer leur opinion sur les populations clés mais on leur demande tout simplement d’avoir les informations et de donner la vraie, de la donner selon leur déontologie tout en respectant un certain nombre d’aspects que sont entre autres les droits humains et  la dignité de  l’être humain », a conclu Atinedi Gnasse.

Atha ASSAN

Last modified on Saturday, 16 November 2019 10:08

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Togotopnews, le top de l'actualité Togolaise

Tel:

00228 91 90 30 65
00228 97 15 64 47

Facebook