Friday, 07 August 2020

S SOCIETE

Monday, 27 July 2020 16:49

Affaire « cimetière » : La CNDH prend le contre-pied de la police

 La Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH), dans un rapport de quatre pages publié sur son site internet, désavoue la version fournie par la Police nationale dans  l’affaire des présumés braqueurs abattus en juillet 2019 par les éléments du Groupement d’intervention de la police nationale (GIPN). L’institution présente l’affaire comme un assassinat.

En effet, la Commission Nationale des Droits de l’Homme réunie en session plénière le 1er août 2019, s’est autosaisie de l’affaire de présumés braqueurs abattus par le GIPN le dimanche 28 juillet 2019 à l’effet de faire la lumière sur cette affaire et situer l’opinion. Selon la CNDH, les enquêtes et investigations menées par ses équipes ont permis d’établir que la version fournie par la police n’est pas totalement vraie.

Pour rappel, la Police togolaise avait annoncé la mort de Dekpo Mlatawo et Sémékonawo Koffi alias dit « cimetière », présentés  comme des braqueurs abattus par une patrouille  de la GIPN le samedi 27 juillet 2019 dans la zone de Kagnikopé. Au lendemain de cette annonce, une polémique s’est enflée autour de l’affaire obligeant la CNDH à se saisir du dossier pour une enquête.

Dans son rapport publié récemment, la CNDH confirme la version des familles des deux présumés braqueurs abattus et soutient que dans l’après-midi du jeudi 25 juillet 2019, des hommes dont certains étaient en tenue militaire ou de « Sodja » sont allés chercher le nommé « Cimetière » à son domicile. Les informations recueillies au cours des investigations amènent le groupe de travail (de la CNDH) à conclure que dans la nuit du 27 juillet 2019 que « Cimetière » et Dékpo ont été enlevés à leurs domiciles par des hommes dont certains étaient en tenue de « Sodja ».

Toutefois, le groupe de travail n’a pas pu éclairer l’opinion sur les réelles circonstances dans lesquelles les deux personnes ont trouvé la mort.  Certes, la CNDH écarte l’idée selon laquelle les deux personnes aient été en opération de braquage quand bien même, il est établi que l’un d’entre eux est un braqueur récidiviste et un repris de justice.

Pour finir, la Commission Nationale des Droits de l’Homme recommande l’ouverture d’une enquête par le Procureur de la République afin de situer les responsabilités dans cette affaire.

A.A

 

Last modified on Monday, 27 July 2020 16:55

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Togotopnews, le top de l'actualité Togolaise

Tel:

00228 91 90 30 65
00228 97 15 64 47

Facebook