Tuesday, 12 December 2017

S SOCIETE

Thursday, 16 November 2017 17:20

Vers la validation d’une étude pour réduire la récidive et la surpopulation en milieu carcérale

Le Comité d’Appui aux réformes Institutionnelles et Juridictionnelles (CARIJ) en collaboration avec le ministère de la Justice et des relations avec des institutions de la République organise à compter de  ce jeudi 16 novembre, à Lomé et ce pour deux(2) jours,  un atelier de validation d’une étude sur  « le type de politique de réinsertion pour réduire la récidive et la surpopulation en milieu carcérale ». La rencontre de ce premier jour a permis de  présenter  aux participants  cette étude qui a pour objectif d’identifier les causes de l’échec de la politique de réinsertion au Togo et d’envisager des approches de solution.

Les résultats attendus à l’issu de cette étude sont entre autres la disponibilité des instruments pour l’institutionnalisation de la réinsertion, la disponibilité d’une banque de donnée de métiers porteurs et l’implication plus accrue des surveillants de l’administration pénitentiaires (SAP) dans les activités de réinsertion et dans l’animation.

Le Directeur de l’administration pénitentiaire et de la réinsertion, M. Akibou IDRISSOU explique  les raisons d’être de cette étude. « Le Togo ne dispose pas encore de politique de réinsertion et ça nous cause beaucoup de problème. Pour cela nous avons décidé de commanditer une étude dans les différentes prisons et auprès des juridictions pour voir un peu comment est-ce qu’il faut procéder pour asseoir une politique de réinsertion dans notre pays » a-t-il-déclaré.

D’après lui, la rencontre sera l’occasion d’analyser les résultats des rapporteurs à travers la présentation du rapport « Nous allons essayer de l’analyser et l’amender et voir quels sont les apports que nous allons faire pour avoir quelque chose  de bon »a ajouté M. Akibou IDRISSOU.

Le Directeur Exécutif du Comité d’Appui aux réformes Institutionnelles et Juridictionnelles (CARIJ), M. Durand TCHAMBA, pour sa part a relevé que depuis longtemps les prisons ont été gérées par le vieil arrêté de 1933 qui était une émanation de la prison coloniale.

Il a souligné que depuis les indépendances, le Togo n’a pas encore élaboré des textes conformément à la réalité de nos jours. Ainsi poursuit-il, c’est la raison pour laquelle le Ministère de la Justice a demandé que cette étude soit réalisée pour faire ressortir les difficultés dans les prisons.

Cette rencontre a vu la participation des Procureurs de la République, des surveillants en chef et des organisations de la société civile.

 

Amiel Abikou (Stagiaire).

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Togotopnews, le top de l'actualité Togolaise

Tel:

00228 91 90 30 65
00228 97 15 64 47

Facebook