Saturday, 26 May 2018

S SOCIETE

Wednesday, 24 January 2018 19:12

Des mouvements d’humeur tous azimuts au Togo

Grève ou sit-in, le Togo connait des mouvements d’humeurs dans divers secteurs.

Ce mercredi 24 Janvier dans la matinée de 7h à 10h, le personnel des Centres Hospitaliers Universitaires (CHU), des Centres Hospitaliers Préfectoraux (CHP), des centres médico-sociaux, des Unités de Soins Périphériques (USP) et autres structures sanitaires publiques, était en sit-in.  Ce mouvement d’ordre observé suite à un appel  du Syndicat des praticiens hospitaliers du Togo (SYNPHOT), se poursuit demain Jeudi 25 janvier et sera reconductible dans les jours à venir, si le gouvernement ne réagit pas.  Le personnel soignant réclame la mise en œuvre de sa plateforme revendicative.

Aussi, les agents de la Fonction publique annonce-t-ils quatre  (4) jours de grève à compter du 5 février prochain. Ces fonctionnaires réunis au sein du Syndicat National des Agents du Ministère de la Fonction Publique (Synamfop)  exigent l’amélioration de leurs conditions de travail.

Il faut souligner que des menaces de grève dans le secteur de l’éducation sont également récurrentes ces derniers temps. Il a fallu la mise en place d’un nouveau cadre de discussion pour faire taire un temps soit peu l’ardeur des enseignants qui  exigent entre autres, des négociations sur la fixation des taux correspondant aux primes et indemnités et de sa date d’effet et l’intégration des indemnités forfaitaires (20 000 F CFA) aux salaires de base des enseignants qui émargent sur la subvention de l’Etat à l’enseignement confessionnel.

Ce malaise généralisé ne concerne uniquement pas les fonctionnaires. Les représentants d’associations d’étudiants et de représentants des médecins en Diplôme D’étude Spécialisée (DES) de la Faculté des Sciences de la Santé (FSS)  avaient eux aussi adressé récemment au Président de l’Université de Lomé, un préavis de grève pour   s’insurger contre la hausse des frais d’inscription en DES. Une situation qui selon ces étudiants, explique la grande absence alarmante des Togolais entrant en spécialisation pour le compte de l’année académique 2017-2018.

Ces débrayages et mot d’ordre de grève tous azimut inquiètent plus d’un. Il urge que des solutions idoines soient trouvées aux problèmes dans les différents secteurs en vue d’une certaine sérénité dans le pays.

 

Amiel ABIKOU

Last modified on Wednesday, 24 January 2018 19:39

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Togotopnews, le top de l'actualité Togolaise

Tel:

00228 91 90 30 65
00228 97 15 64 47

Facebook