Friday, 14 August 2020
Thursday, 20 February 2020 03:27

(Reportage)Ces enfants réparent la route pour soulager les passants

Quand ils aperçoivent de loin un véhicule, ils soulèvent cette corde pour attirer son attention Quand ils aperçoivent de loin un véhicule, ils soulèvent cette corde pour attirer son attention

Au Togo surtout à l’intérieur du pays, certaines routes sont à l'agonie. Aného-Aklakou ne dérobe pas à la règle. Très difficile à pratiquer, l’état de cette voie interpelle. Mais en attendant la solution idoine de l’autorité, Paul 7 ans et Gérome 9 ans ont la recette. Togotopnews les a rencontrés.

Paul et Gérome sont connus des usagers habituels de la route Aného-Aklakou. Elèves du lundi à vendredi, ils sont des « ouvriers » le week end. Ces deux jeunes enfants refusent de rester impuissants face à l’état piteux de la principale route de leur localité. Ils y ont trouvé un job. Chaque samedi et dimanche, les deux amis essayent de remblayer les parties dégradées à l’aide du sable, et une fois abimés, ils recommencent encore et encore.

 Cette manœuvre non seulement participe à la praticité de la route mais aussi constitue une activité économique qui aide ces jeunes élèves à payer  leur scolarité et  subvenir à leur besoin. « La route n’est pas bonne. Il y a des trous un peu partout. Les passagers souffrent. Et nous essayons de les aider. Avec des petits sceaux, nous puisons du sa sable à côté et nous venons remblayer. Quand un véhicule passe, nous l’arrêtons pour qu’il nous fasse un petit geste d’encouragement. 25F, 50 F, 100F ou 200 F, le geste est volontaire. Et jusqu’au soir nous gagnons parfois jusqu’à 2000F et on les partage. Avec cet argent, nous contribuons au payement de nos frais de scolarité et nous aidons nos parents à faire nos besoins », explique le plus âgé.

Les périodes de choux gras sont des week end où il y a des funérailles dans la localité. « S’il y a des funérailles, beaucoup de gens passent. Et il y a des jours heureux où on gagne jusqu’à 5000F », précise Paul, qui souligne que l’activité « s’exerce en plein temps pendant les congés et vacances. »

                                                                                                          Vue partielle de la voie

Riverains, passants, usagers… l’initiative est saluée par tous

L’initiative est appréciée par plus d’un. Mais chacun soulève la nécessité  pour les dirigeants de réhabiliter cette route très dégradée. Un riverain indigné explique : « En période électorale, les partis politiques viennent ici faire la campagne.  Ils  déplorent l’état  de la voie. Ils font fait des promesses, mais souvent ce sont des promesses électorales qui ne se concrétisent jamais  », regrette-t-il.

« C’est bien génial ce que font les enfants, mais combien de temps ça dure ? L’important, ne serait-ce pas de régler une fois de bon la situation ? La reconstruction de cette voie est la meilleure solution »,  propose un autre.

En réalité, Gérome et Paul ne sont pas les seuls « réparateurs » de cette route. Il y en a d’autres. La scène s’observe de façon générale sur les routes de l’intérieur du pays. Face à la dégradation des infrastructures, les populations prennent leurs destins en mains.

Il est alors de bon ton que l’Etat mette « en œuvre une politique de réhabilitation d’infrastructures routières adéquate  », soutient un riverain.

HD

Last modified on Thursday, 20 February 2020 04:08

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Togotopnews, le top de l'actualité Togolaise

Tel:

00228 91 90 30 65
00228 97 15 64 47

Facebook