Saturday, 22 September 2018

S SUCCES STORIES

Friday, 16 February 2018 08:03

Rigueur, travail, détermination : le leitmotiv de l’artiste plasticienne togolaise Sika Akpaloo

L'Artiste plasticienne Sika Akpaloo entrain de travailler L'Artiste plasticienne Sika Akpaloo entrain de travailler

C’est dans une grande maison toute transformée en atelier d’art plastique, située à Wognomé, une banlieue de Lomé que nous rencontrons Sika AKpaloo. Le soleil vient à peine de se lever sur ce quartier périphérique de la capitale togolaise. Pinceaux à la main, tablier au-devant du corps, la jeune femme plasticienne parachève déjà son premier tableau de la journée. Une toile méticuleusement peinte, invitant tout regard à caresser. « Je dors avec mes tableaux. Je me réveille avec eux », s’enthousiasme-t-elle. Ni diplômé des beaux-arts, ni détentrice d’un certificat d’étude supérieure, Sika AKpaloo est une artiste plasticienne née pétrie de talent. Autodidacte, son histoire est celle d’une coiffeuse qui a su abandonner son métier pour pousser à l'extrême une vision téméraire pour l’art plastique. Lumière sur la carrière artistique exemplaire de cette étoile montante !

Souvent perçu comme un secteur réservé aux hommes, le domaine d’art plastique regorge de peu de femmes. Au Togo, elles sont quelques cinq (5) femmes à embrasser à bras le corps ce noble métier. Parmi ces dernières, figure en bonne place Sika Akpaloo, trente-sept (37) ans. Artiste plasticienne depuis sept (7) ans, la jeune femme s’emploie minutieusement dans son travail.

Débordante d’énergie, de vitalité et de charme, elle a carrément transformé sa maison en atelier d’art pour pouvoir travailler nuit et jour. A la devanture, une magnifique œuvre d’art apostrophe les passants. Dans les lieux, le silence et l’intimité pour la concentration nécessaire y sont. Tout chez elle porte les traces d’encres. Au salon, à la cuisine, dans les chambres à coucher, sur la terrasse, un peu partout contre les murs sont  accrochées des œuvres d’art qui édifient et interpellent.

Coiffeuse au départ, la jeune femme nous dit, ce qui est à l’origine de sa passion subite pour l’art plastique. « Depuis mon enfance, j’aimais toucher à tout. Je ramasse des objets dans des poubelles pour créer quelque  chose. Mais quand je suis rentrée dans la vie professionnelle, dans un premier temps j’étais coiffeuse. J’ai exercé ce métier pendant dix (10) ans. Un jour, j’ai eu la chance de visiter une exposition du célèbre Artiste de la chanson togolaise et Plasticien, Jimi Hope. Tellement impressionnée par ses œuvres, j’ai  décidé depuis ce jour de ne plus créer sur la tête mais sur une toile. Je n’ai fait donc que changer de support », a-t-elle expliqué.

                                                                                                 Tableau d'art  réalisé par Sika Akpaloo

Une décision spontanée, un nouveau métier plus passionnant

Piquée par le virus de la peinture, Sika Akpaloo fermera hermétiquement la porte de la coiffure, deux (2) mois plus tard, en vue d’éclore l’autre talent caché en elle. Elle commença alors par crayonner tout ce qui lui vient à l’esprit : des animaux, des oiseaux, l’homme, des ustensiles de cuisine etc. Elle se séduit elle-même par ses réalisations et trouva opportun de se perfectionner. C’est ainsi qu’elle s’est professionnalisée chez des artistes reconnus de la place à l’instar  de Confiteor et de Kounakey Claudio. Assidue, ses œuvres en portent l’empreinte. Ils forcent l’admiration.

Sika qui n’a jamais regretté son nouveau choix, a en réalité aujourd’hui une passion démesurée pour l’art plastique. Modeste et discret, son travail est avant tout un processus à travers lequel, elle explore son individualité, exprime ses émotions, sa sensibilité et ses perceptions. « L’art plastique me permet d’exprimer tout ce que j’ai vécu dans la vie. J’ai connu une enfance douloureuse. Je suis sortie d’une famille où on ne manquait de rien mais je n‘avais pas le droit de parler parce que ma mère était absente. J’ai trouvé en l’art une façon de me libérer et sortir de mon emprise», raconte-t-elle, larmes aux yeux.

Sika s’exprime ainsi avec passion sur des sujets qui la préoccupe tels que l’amour, l’harmonie, la paix  et surtout l’union. Elle parle aussi assez souvent des enfants et de la femme dans toute sa splendeur, sa beauté et son élégance. La jeune artiste plasticienne est inspirée par tout ce qui nous entoure car soutient-elle « tout parle autour de nous ».

Celle qui ambitionne créer une grande  galerie d’art au Togo, considère l’art plastique comme un remède à tous les maux de la société. Jouant avec les techniques d’acrylique sur toile, de conception mixte et de collage, Sika compte à travers ses œuvres sensibiliser, communiquer et éduquer.

                                                                                      Sika Akaploo et des visiteurs lors d'une exposition de ses œuvres

« Les difficultés ne sont pas une fatalité »

Les grands entrepreneurs sont des sources d’inspiration incommensurables. On pense à Bill Gates, Steve Jobs ou encore à Mark Zuckerberg pour les plus connus. Leurs points communs? Un goût prononcé pour le travail sans répit mais aussi et surtout une détermination face à toutes difficultés. Cette évidence, Sika l’a bien comprise. Pour elle, «les difficultés ne sont pas une fatalité ». Il faut les transformer en défis. Entre autres, elle évoque des problèmes d’accès au crédit, le manque de financement des projets, le peu d’engouement suscité par les œuvres d’art au Togo. Entant que femme au foyer et mère de deux (2) enfants, Sika doit également résoudre quotidiennement la difficile équation de concilier la vie privée à la vie professionnelle.

Nonobstant ces épreuves, elle avance et impacte son entourage. Parmi ceux qu’elle inspire, figure sa propre fille. Maemi, dix-neuf (19) ans rêve de devenir une artiste plasticienne comme sa mère. « Ma maman est très dynamique. J’aime la fougue avec laquelle elle travaille. Je vais suivre ses pas.  Après mes études, je vais faire le même boulot que ma mère», affirme-t-elle fièrement.

Même les collègues plasticiens de Sika Akpaloo l’admirent. « Cela fait trois (3) ans que je connais Sika. J’aime l’énergie avec laquelle elle fait son travail. L’art, c’est une expression, une analyse, une idée. J’apprécie beaucoup la façon dont elle s’y prend », témoigne Tessi Kodjovi, plasticien.

Racontant une petite anecdote à propos d’elle, Tessi Kodjovi poursuit  «  en décembre dernier,  sur un coup de tête, elle a su réunir les enfants de son quartier et des artistes. Nous avons fait une résidence d’art pendant trois (3) jours. Et pour clôturer cette résidence, nous avons fait une caravane dans le quartier. Tout le monde était ému par ce projet. Depuis lors, Sika accueille tous les mercredis les enfants pour des séances de travail en art », a-t-il relaté, visiblement impressionné.

Rigoureuse, organisée et méthodique, Sika est sans doute une artiste plasticienne de renom en devenir. Après ses nombreuses expositions tant collectives qu’individuelles  au Togo, Ghana, Bénin ou encore au Mali, la jeune femme s’active actuellement à prendre part au Biennale de l’Art africain contemporain (DAK’ART) qui se tiendra du 3 mai au 2 juin 2018 à Dakar.

Amoureux des beaux-arts, vous découvrirez donc les œuvres de Sika AKpaloo au DAK’ART!

 

Cet article s’inscrit  dans le cadre d’un projet de dossier thématique, porté par 11 médias en ligne en Afrique francophone , bénéficiaires du projet NAILA (Nouveaux acteurs de l'information en ligne africaine) de CFI.

http://togotopnews.com/index.php/societe/item/936-dossier-special-a-venir-11-medias-africains-vous-font-decouvrir-11-femmes-exceptionnelles-sur-le-continent

Pour lire tous les articles du même dossier cliquer sur le lien: http://togotopnews.com/index.php/success-stories

 

Hélène DOUBIDJI

Last modified on Saturday, 17 February 2018 19:59

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.

Togotopnews, le top de l'actualité Togolaise

Tel:

00228 91 90 30 65
00228 97 15 64 47

Facebook